›  Opinion 

Une analyse du stress des marchés, dix ans après la crise

Les causes et les conséquences de cette crise continueront certainement d’alimenter les réflexions des journalistes et des historiens de l’économie pour les décennies à venir, particulièrement à l’occasion des grandes dates-anniversaires. Pour les marchés, la question la plus importante est néanmoins de savoir s’il existe un risque de répétition de cette crise.

Dix ans après la faillite de Lehman Brothers, les souvenirs de la crise financière font de nouveau la une des journaux.

Les causes et les conséquences de cette crise continueront certainement d’alimenter les réflexions des journalistes et des historiens de l’économie pour les décennies à venir, particulièrement à l’occasion des grandes dates-anniversaires. Pour les marchés, la question la plus importante est néanmoins de savoir s’il existe un risque de répétition de cette crise.

Selon l’indicateur de stress des marchés calculé par la Réserve Fédérale de St Louis, il n’y a actuellement aucune raison de craindre une nouvelle crise sur les marchés financiers. Cet indicateur tient compte de 18 variables.

Lors des prémisses de la crise, l’indicateur a sonné l’alarme dès l’été 2007, plus de 12 mois avant l’effondrement de Lehman Brothers. Cet indicateur est actuellement dans le vert.

Ceci est principalement dû aux banques centrales, qui ont stabilisé l’économie et les marchés financiers dans les moments difficiles en mettant en place diverses mesures, dont certaines étaient auparavant inimaginables. Le danger est que cela incite certains acteurs du marché à prendre de nouveaux risques.

La hausse de l’endettement des entreprises américaines pourrait en être le reflet. Il est donc probable que le calme actuel ne dure pas éternellement. Comme nous l’avons vu récemment en février 2018, l’humeur des marchés peut parfois très vite changer.

Stefan Kreuzkamp , 26 septembre

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2018 - Tous droits réservés