›  Opinion 

Qui a le plus à perdre si l’administration Trump plonge le monde dans un grave conflit commercial ?

Le monde se rapproche d’un sérieux conflit commercial. Récemment, l’administration Trump est passée de simples rodomontades à une véritable surenchère concernant les tarifs douaniers entre les États-Unis et la Chine. Qui a le plus à perdre si les choses deviennent réellement incontrôlables ?

Une manière de répondre à cette question consiste à comparer la part du commerce extérieur dans le produit intérieur brut (PIB) de différents pays. Une autre manière consiste à regarder la part de ces exportations destinées au marché américain. Notre « graphique de la semaine » tient compte de ces deux éléments, et montre que le Mexique et le Canada sont certainement les pays les plus exposés. Et, contrairement à ce que l’administration Trump semble penser, le commerce n’est pas un jeu à somme nulle. Quand une nation subit des pertes dues à des tensions commerciales, ses voisins aussi. Dans le cas de l’Amérique du Nord, il s’agit des États-Unis. En essayant de renégocier l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) et en détruisant l’ordre commercial mondial fondé sur des règles, l’administration Trump sème déjà beaucoup d’incertitude. Si cela continue, l’Amérique du Nord dans son ensemble pourrait être la grande perdante de cette stratégie, surtout si le reste du monde continue de défendre les règles commerciales pour lesquelles les États-Unis ont longtemps pris fait et cause.

PNG - 89.1 ko
Sources : World Trade Organization (WTO), Deutsche Asset Management Investment GmbH, au 31 décembre 2016.

Stefan Kreuzkamp , 26 juin

tags
Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2018 - Tous droits réservés