Maki lève 6M€ pour devenir le nouveau standard du recrutement

Fondée en 2021, Maki permet aux entreprises de recruter d’une manière plus simple, efficiente et objective mais également d’accroître l’égalité des chances et la diversité dans le monde du travail.

La plateforme - dont la première brique est un outil d’évaluation des compétences - offre une vue objective et non biaisée des aptitudes et permet aux recruteurs (services RH, managers, cabinets) comme aux entreprises de réduire à la fois le temps passé par candidat et les erreurs de recrutement grâce à l’analyse de données.

La puissance de Maki repose notamment sur une bibliothèque de 100 tests tous personnalisables et d’ores et déjà intégrée à 20 ATS (Applicant Tracking System) français et internationaux.

Maki, plateforme SaaS française dédiée aux RH et à l’emploi, annonce aujourd’hui une levée de fonds en Seed de 6M€ auprès de Frst Capital et GFC avec la participation de Secret Fund, Kima Ventures, Founders Future et de plus de 50 Business Angels de renom à l’image de Céline Lazorthes (Leetchi, Resilience), Jérémy Clédat (Welcome to the Jungle), Jonathan Benhamou et Clément Buyse (PeopleDoc) ou encore Mathilde Collin (Front) pour accélérer son développement.

Parti du constat que les sociétés les plus performantes n’embauchent pas des CV mais des compétences, la volonté de Maki est d’améliorer l’employabilité et de favoriser la diversité des profils pour contribuer au développement et à la croissance des entreprises, tout en permettant à chacun de trouver l’emploi qui lui convient.

Un mois après son lancement, Maki travaille d’ores et déjà avec une multitude de clients (PME, start-ups, scale-ups et grands groupes) en phase d’onboarding.

De l’entrepreneuriat à la compréhension des besoins de recrutement

Maxime Legardez est un serial entrepreneur. Il débute sa carrière chez Rocket Internet où il accompagne le développement d’entreprises en Asie, Russie et Brésil. En 2016, il fonde la plateforme de transport Everoad, qu’il revendra à sennder en 2020. Fort de ces expériences, il découvre un enjeu prédominant pour n’importe quelle structure : le recrutement.

Il s’associe alors avec Paul-Louis Caylar (COO) et Benjamin Chino (CPO) - respectivement anciens Partner chez McKinsey France et Product Lead chez Uber - pour développer Maki avec la forte ambition de transformer ce secteur. A travers des centaines d’interviews de DRH de startups, scaleups et grands comptes, les fondateurs pointent des problématiques majeures et universelles. Parmi les points de frictions les plus fréquents : une perte de temps, d’effort et d’argent considérable, ainsi que des erreurs fréquentes entre le recrutement et les capacités réelles des candidats. A cela s’ajoute un manque cruel d’outils de data et d’analyses de la part des entreprises favorisant des recrutements plus souvent liés au “ressenti” qu’aux capacités propres du candidat. Maki s’est donc inspiré des firmes internationales les plus innovantes pour créer ce qui pourrait devenir le nouveau standard du recrutement, à l’image des 1ers CRM pour la relation commerciale il y a 20 ans.

Pour un match parfait, allier l’humain et la technologie

Intégré à plus de 20 ATS à l’image de Welcome to the Jungle, Lever, Greenhouse ou SmartRecruiters, Maki est un outil d’aide à la prise de décision pour permettre aux entreprises d’identifier et de recruter les meilleurs candidats. Construite autour d’une première brique tech, Maki se concentre, non pas sur le parcours scolaire ou le CV, mais sur les compétences.

Pour les évaluer, la plateforme procure notamment une librairie de 100 tests courts d’environ 10 minutes (cognitifs, transverses, métier, personnalité) afin d’identifier les soft et hard skills des candidats. Afin de réaliser ces tests, la plateforme s’est entourée d’experts internationaux reconnus dans leurs domaines tels que Pascal Quiry (Professeur de finance à HEC Paris), Dr. Tomas Chamorro-Premuzic (Professeur de psychologie à Columbia et écrivain) ou Brendan McGeever (ancien coach des commerciaux de Google en EMEA).

L’analyse des candidatures se fait sur des données objectives et non biaisées pour soutenir la diversité et l’équité au sein des entreprises. Pour aller plus loin, il est possible d’interagir via des "capsules vidéo", en différé, pour présenter ses motivations ou expliquer une étude de cas en quelques minutes, par exemple. Maki favorise également le développement de la marque employeur. Le recruteur peut configurer son environnement de tests pour présenter l’entreprise et détailler son processus de recrutement à travers un texte ou une courte vidéo.

Enfin, la plateforme propose une expérience candidat innovante. Facile d’utilisation, elle rend la candidature moins stressante et permet de partager, à chaque candidat, une analyse rapide et claire de ses résultats ainsi que les axes d’amélioration pour progresser.

“ Le recrutement est l’un des principaux pain point des entreprises. Le CV, devenu archaïque, ne reflète pas les valeurs humaines et les réelles aptitudes des candidats. Au cours de toutes les interviews menées auprès de CEO, dirigeants et DRH, nous avons été saisis par le manque d’outils intuitifs et justes pour pallier cet état de fait. Avec Maki, nous souhaitons accompagner les entreprises dans leurs prochains combats que sont l’équité face à l’emploi, la diversité, l’apprentissage de nouvelles compétences ou encore l’emploi décent pour tous… des thématiques sociales, humaines et de management fortes répondant au besoin de structuration du “Future of Work. ” commente Maxime Legardez, CEO et cofondateur de Maki.

Next Finance , 24 novembre

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

© Next Finance 2006 - 2021 - Tous droits réservés