›  News 

M&G aligne le fonds M&G (LUX) Optimal Income de 14 milliards d’euros à l’article 8 de la réglementation SFDR

Le fonds M&G (Lux) Optimal Income Fund va renforcer ses caractéristiques environnementales et sociales. M&G lancera une version durable de sa stratégie phare d’ici la fin de l’année 2021

M&G annonce aujourd’hui renforcer les caractéristiques ESG de son fonds phare M&G (Lux) Optimal Income Fund, dont les encours s’élèvent à 14 milliards d’euros d’actifs [1], afin de se mettre en conformité avec l’article 8 de la réglementation SFDR. Cette annonce témoigne de l’engagement de M&G à faire évoluer autant de stratégies que possible vers des résultats ESG, durables ou d’impact.

À compter du 29 octobre 2021, le fonds adoptera une approche orientée vers les critères ESG et offrira aux investisseurs un score ESG moyenne pondérée supérieure à celle de son indice de référence. Il élargira le spectre de ses exclusions fondées sur des normes ESG à toute entreprise enfreignant les principes du Pacte mondial des Nations Unies et à tout emprunt d’État émis par un pays classé dans la catégorie « non libre » par l’indice de Freedom House. Le fonds ne subira aucun autre changement et sa gestion sera toujours assurée par Richard Woolnough.

M&G annonce également avoir obtenu l’approbation de la CSSF pour le lancement d’une nouvelle stratégie au sein de sa SICAV d’ici la fin de l’année. Ce fonds proposera une stratégie obligataire « core » flexible et durable, qui s’appuiera sur l’approche d’investissement « value » flexible qui a fait le succès du fonds M&G (Lux) Optimal Income Fund. Ce nouveau fonds sera également géré par Richard Woolnough, lui-même secondé par Stefan Isaacs et Anjulie Rusius. Il pourra investir dans l’ensemble de l’univers obligataire tout en plaçant le développement durable au cœur de son processus d’investissement, mais contrairement au fonds M&G (Lux) Optimal Income Fund, il ne sera pas exposé aux marchés actions et ne prendra pas de positions sur les devises. Il sera en conformité avec l’article 8 de la réglementation SFDR, et veillera à la mise en place de garanties environnementales et sociales et la mesure d’une série indicateurs représentatifs du développement durable :

  • Changement climatique et réduction des émissions de CO2 : offrir une intensité carbone moyenne pondérée inférieure à celle des marchés obligataires mondiaux [2] ;
  • Entreprises plus durables : offrir un score ESG moyen pondéré pour le portefeuille plus élevé que celui des marchés obligataires mondiaux [3] en privilégiant les entreprises dotées de meilleures pratiques de gestion des risques ESG ;
  • Aucune exposition aux émetteurs en retard sur les questions ESG ou fortement impliqués dans des activités commerciales controversées [4].

Brice Anger, Directeur Général de M&G France : « Avec l’alignement du fonds M&G (Lux) Optimal Income à l’article 8 de la réglementation SFDR, près de la moitié de l’encours total de notre SICAV sera conforme à l’article 8 ou 9. Nous nous attendons à ce que cette proportion augmente dans les mois à venir car nous continuons à faire évoluer autant de stratégies que possible vers des résultats ESG, durables ou d’impact, poursuivant ainsi notre objectif de neutralité carbone pour l’ensemble de notre portefeuille d’investissement d’ici 2050 ».

Richard Woolnough, gérant du fonds : « Compte tenu de la faiblesse des taux d’intérêt dans de nombreux pays développés, des signes de tensions inflationnistes et des changements qu’entraîneront l’action climatique et la lutte contre les disparités sociales, les défis et les opportunités qui se présentent aux investisseurs obligataires sont plus importants que jamais. La flexibilité sur l’ensemble du spectre obligataire est donc primordiale pour générer activement de la performance pour nos investisseurs. Les changements que nous annonçons aujourd’hui nous permettront de poursuivre notre recherche des meilleures opportunités sur les marchés obligataires mondiaux, tout en favorisant les facteurs sociaux, de gouvernance et environnementaux ».

Next Finance , 14 septembre

Notes

[1] À fin juillet 2021.

[2] Définis par l’ensemble des obligations d’entreprises, des obligations à haut rendement et des emprunts d’État à l’échelle mondiale.

[3] Définis par l’ensemble des obligations d’entreprises, des obligations à haut rendement et des emprunts d’État à l’échelle mondiale.

[4] Les secteurs controversés comprennent les divertissements pour adultes, l’alcool, les jeux d’argent, les OGM, l’énergie nucléaire, le pétrole et le gaz, le charbon thermique, le tabac et les armes. Les émetteurs controversés comprennent les entreprises qui enfreignent les principes du Pacte mondial des Nations unies relatifs aux droits de l’homme, au travail, à l’environnement et à la lutte contre la corruption, ainsi que les emprunts d’État émis par les pays classés dans la catégorie « non libre » par l’indice de Freedom House.

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

News CAMEO Energy et Eiffel Investment Group lancent un nouveau « White Bond »

CAMEO Energy lève 4,5M€ auprès d’Eiffel Investment Group, pour créer un « White Bond ». Par analogie aux Green Bonds dédiées au financement de la transition écologique, ce « White Bond » a pour objectif de répondre aux besoins spécifiques du financement des projets d’efficacité (...)

© Next Finance 2006 - 2021 - Tous droits réservés