›  Opinion 

Les tarifs douaniers peuvent soutenir une industrie, mais rarement une économie entière

Les tarifs douaniers et les mesures protectionnistes sont de nouveau à la mode. Ceci est principalement dû à l’actuelle administration américaine, qui envisage une série de nouvelles barrières pour limiter les importations étrangères.

Les États-Unis ont déjà mis en place récemment de nouveaux tarifs douaniers sur les importations d’acier et d’aluminium. Les sociétés sidérurgiques américaines en bénéficient et leur cours de Bourse a réagi en conséquence, comme le démontre notre « graphique de la semaine ».

Toutefois, même pour ce secteur a priori favorisé, l’enthousiasme des marchés reste modéré sur plus longue période. Depuis les élections présidentielles américaines de 2016, les performances de ces valeurs ont été à la fois comparables à celles du secteur mondial de l’acier et du marché boursier américain dans son ensemble, reflété par l’indice Russell 1000 [1].

Pour l’économie globale, l’impact de ces mesures est encore moins favorable. Selon une enquête de la Federal Reserve Bank de Chicago, plus de 70% des sondés s’attendent à ce que les tarifs douaniers aient un impact légèrement ou très négatif sur l’économie américaine. Seuls 13% perçoivent ces nouveaux tarifs positivement [2].

Les entreprises américaines ont raison de s’inquiéter, comme nous l’expliquons plus en détail dans notre dernière analyse de marché intitulée « Le libre-échange attaqué ».

Stefan Kreuzkamp , 24 mai

Notes

[1] L’indice Russell 1000 est un indice qui englobe les 1000 plus grandes sociétés de l’indice Russell 3000, qui comprend 3000 actions américaines de petites et moyennes capitalisations. L’indice Russell 1000 Steel englobe les trois sociétés sidérurgiques présentes dans l’indice Russell 1000.

[2] Source : http://midwest.chicagofedblogs.org/...

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2018 - Tous droits réservés