›  Note 

Les risques liés à l’eau

DWS fait partie d’un groupe de travail, organisé par le Forum économique mondial (WEF), sur les "transformational investments". Cette initiative vise à mettre en place de nouvelles approches pour convertir les risques systémiques mondiaux en un rendement durable, l’eau étant considérée par le WEF comme l’un des six risques systémiques.

DWS fait partie d’un groupe de travail, organisé par le Forum économique mondial (WEF), sur les "transformational investments". Cette initiative vise à mettre en place de nouvelles approches pour convertir les risques systémiques mondiaux en un rendement durable, l’eau étant considérée par le WEF comme l’un des six risques systémiques. Alors que l’on estime à 670 milliards de dollars US les dépenses annuelles nécessaires jusqu’en 2030 pour atteindre les objectifs durables liés à l’eau, l’eau est le risque pour lequel les progrès ont été les plus faibles.

Les risques auxquels l’humanité est confrontée sont potentiellement catastrophiques puisqu’aujourd’hui, 785 millions de personnes ne disposent pas d’une source d’eau potable de base et deux milliards de personnes n’ont pas accès à des installations sanitaires élémentaires. Le manque d’assainissement et d’hygiène a entraîné près de 1,6 million de décès en 2017, soit plus que les décès dus aux suicides, aux homicides, aux conflits armés et au terrorisme réunis. Un tiers des décès dus aux maladies diarrhéiques touchent des enfants de moins de cinq ans.

En outre, si l’environnement naturel continue à se dégrader et si des pressions non durables sont exercées sur les ressources mondiales en eau, on estime que d’ici 2050, 52 % de la population mondiale, 45 % du PIB mondial et 40 % de la production céréalière mondiale seront menacés.

Notre incapacité à traiter correctement les risques liés à l’eau est probablement due à des facteurs tels que (i) le caractère fragmenté de la régulation de l’eau, (ii) les caractéristiques des investissements dans l’eau et (iii) notre conviction erronée que l’eau est abondante et bon marché. En outre, la croissance démographique, le changement climatique et notre incapacité à réparer les dommages causés par les actions passées sont susceptibles d’aggraver encore une situation déjà mauvaise.

Chez DWS, nous pensons qu’un "transformational investment" doit commencer par un "cadre transformationnel" qui :

1. Garantit que le citoyen lambda, le consommateur final, l’investisseur particulier et les investisseurs institutionnels sont conscients des risques liés à la durabilité et à l’eau

2. Réévalue les rôles des différentes fonctions le long de la "chaîne logistique" : en ramenant le concept de séparation des pouvoirs d’Aristote et de Montesquieu :

a) Les gouvernements devraient légiférer : en utilisant la Charte européenne de l’eau pour orienter les politiques

b) Les commissaires aux comptes devraient mesurer : Nous avons besoin de principes comptables ESG mondialement acceptés (GAAP) complets avec un audit des pays, des entreprises et des investisseurs concernant leurs impacts environnementaux et sociaux complets

c) Les investisseurs doivent investir : mettre en œuvre un cadre d’investissement pour toutes les catégories d’actifs en établissant une distinction claire entre "ne rien faire", intégration des facteurs ESG (extérieur-intérieur) et investissement d’impact/de transformation (intérieur-intérieur)

3. Les produits d’investissement qui traitent réellement des risques liés à l’eau et/ou à d’autres facteurs ESG devraient être assortis de frais moins élevés que les produits d’investissement non ESG/transformationnels. Les gouvernements devraient appliquer une " redevance de durabilité " aux produits d’investissement qui ne relèvent pas du défi de la durabilité. Les frais les plus élevés devraient être appliqués aux produits d’investissement qui ne font rien, les frais intermédiaires aux produits d’investissement qui intègrent les facteurs ESG et les frais de durabilité gouvernementaux plus faibles ou nuls pour les investissements

L’absence de cadre transformationnel exposera probablement l’eau et éventuellement d’autres facteurs ESG aux risques que les investisseurs tentent simplement d’éviter, même s’ils deviennent le prochain grand défi pour l’humanité d’ici la fin de cette décennie. Nous invitons donc les sociétés de gestion d’actifs à commencer à envisager le risque lié à l’eau d’une manière différente, moins cloisonnée et plus holistique, à anticiper les dynamiques et la législation futures et à (i) adopter une charte de l’eau en vue de piloter leurs propres opérations ainsi que leurs activités d’investissement, et éventuellement en collaboration avec d’autres sociétés de gestion d’actifs, (ii) demander aux sociétés de faire de même.

Francesco Curto , Michael Lewis , Décembre 2020

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Note ETF et risques associés : l’AMF apporte un éclairage sur le marché français des fonds indiciels cotés

Selon l’étude de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), les mécanismes de coupe-circuits en vigueur sur Euronext Paris permettent de contenir le risque d’écartement important entre le prix négocié de l’ETF et la valeur liquidative instantanée du panier (...)

© Next Finance 2006 - 2021 - Tous droits réservés