›  News 

Le COVID-19 tire le marché nord-américain des Fusac vers son niveau le plus bas depuis plus d’une décénnie

Le COVID-19 tire le marché nord-américain des fusions et acquisitions vers son niveau le plus bas depuis plus d’une décennie, tandis que l’Europe et la région Asie-Pacifique évitent le pire. Au cours du premier semestre 2020, la performance, et le volume de transactions, du marché nord-américain ont été inférieurs à ceux du reste du monde...

Bien qu’attendu, l’impact de la pandémie du COVID-19 sur le marché des fusions-acquisitions apparaît considérable au cours des 6 premiers mois de 2020. Cependant, les données du dernier Quarterly Deal Performance Monitor (QDPM) de Willis Towers Watson réalisé en partenariat avec Cass Business School, mettent en évidence de fortes disparités à l’échelle régionale, tant en matière de performances que de volume.

Les derniers résultats du QDPM montrent que le marché nord-américain a de très loin connu sa baisse la plus abrupte en matière de performances (évolution du cours de l’action de l’acquéreur). Les acquéreurs locaux ont ainsi sous-performé leur indice régional de -7,2 pp (points de pourcentage). En matière de volumétrie, seules 137 transactions ont été réalisées au premier semestre (contre 188 durant la même période l’année dernière) : ce chiffre est le plus faible jamais enregistré sur ce marché sur une période de 6 mois depuis le lancement de l’étude en 2009.

À l’inverse, les acquéreurs européens ont surperformé leur indice régional de +10,2 pp, et réalisé 80 transactions en 2020, contre 68 au premier semestre l’année dernière. C’est la première fois depuis 2 ans que l’Europe enregistre trois trimestres consécutifs de performance positive. Les acquéreurs britanniques ont même surperformé l’indice de +16,9 pp, avec 15 transactions réalisées au cours du premier trimestre 2020.

Enfin, les acquéreurs de la région Asie-Pacifique s’en sont également mieux sortis ce semestre par rapport à leur indice régional, avec une performance positive plus modeste (+3,1 pp), dans un contexte de baisse de volume relativement faible (82 transactions, contre 95 au premier semestre 2019). Surtout, la surperformance observée les trois derniers mois s’avère nettement plus importante (+8,0 pp grâce à 41 transactions réalisées, soit le premier résultat trimestriel positif enregistré depuis fin 2016).

« En raison de l’épidémie du COVID-19, le marché mondial des fusions-acquisitions a atteint son niveau le plus bas depuis plus d’une décennie, ce déclin étant essentiellement dû à la performance du marché nord-américain », analyse Philippe Velard, Responsable Fusions & Acquisitions chez Gras Savoye Willis Towers Watson. « Le climat d’incertitude économique engendré par la pandémie a visiblement eu un impact négatif bien plus marqué sur la capacité des entreprises américaines à initier et réaliser leurs négociations avec succès. »

« L’Europe s’en est mieux sortie que beaucoup d’autres régions, ce qui est largement dû à l’existence d’un important pipeline de transactions et à des engagements pris avant le début de la pandémie. Le continent a dû survivre à des mois exceptionnellement difficiles, et même si le télétravail s’est imposé, le niveau des transactions intrarégionales devrait se redresser durant le reste de l’année avec l’allègement des restrictions et la reprise des déplacements sur le continent. »

Les conclusions du rapport apportent également les enseignements suivants :

  • Des transactions plus étalées sur la durée – Le délai moyen de conclusion des transactions au premier semestre 2020 a augmenté de 8 % par rapport à la même période l’année dernière (de 144 à 156 jours). Selon Willis Towers Watson, cette tendance devrait perdurer, les fusions et acquisitions étant amenées à être retardées ou annulées, en attendant le pic de la crise.
  • Les méga transactions gardent la cote – Six méga transactions (d’une valeur supérieure à 10 milliards de dollars) ont été conclues au premier semestre 2020, contre cinq au premier semestre 2019.
  • Les gagnants – Les acquéreurs des secteurs de l’énergie (+8,2 pp), de la santé (+3,4 pp) et des matériaux (+9,8 %) ont tous surperformé leurs indices respectifs au premier semestre 2020.
  • Les perdants – Les acquéreurs des secteurs de la haute technologie (-15,4 pp) ont été sévèrement touchés pendant la pandémie du COVID-19.
  • Transactions domestiques vs internationales – Les transactions transfrontalières et transrégionales ont surperformé leurs indices de +0,3 et +6,2 pp respectivement au premier semestre 2020, tandis que les transactions domestiques sont restées sous leurs indices, à -2,6 pp.

« Avant les fortes perturbations provoquées par le COVID-19, les acquéreurs devaient déjà faire face à un climat d’incertitude (conflits commerciaux, menace d’une récession mondiale, activisme actionnarial en plein essor, sans oublier la future élection présidentielle aux États Unis). Les performances et le volume des transactions observés sur certains marchés en sont d’autant plus impressionnants », déclare Philippe Velard. « Bien qu’il ne soit pas possible de prévoir l’impact à long terme de la pandémie, des perturbations supplémentaires se manifesteront inévitablement. »

« Si les crises précédentes nous ont enseigné une chose, c’est que les opportunités de réaliser des transactions se présenteront, et ce en raison des importants capitaux restant à déployer. Ces opérations deviendront beaucoup plus sélectives, et ce en partie en raison des bouleversements subis par le marché et des prix avantageux des cessions d’activités secondaires. Les transactions dureront également plus longtemps, et les acquéreurs devront se préparer à voir la durée et l’ampleur de leurs processus de due diligence augmenter, du fait de la présence persistante du COVID-19. » conclut-il.

MÉTHODOLOGIE DE L’OBSERVATOIRE TRIMESTRIEL DES FUSIONS-ACQUISITIONS DE WILLIS TOWERS WATSON

  • Toutes les analyses sont effectuées du point de vue de l’acquéreur.
  • Dans le cadre de cette étude trimestrielle, la « performance » se mesure en tenant compte de la variation en pourcentage du cours du titre entre six mois avant la date d’annonce et la fin du trimestre.
  • Toutes les opérations dans lesquelles l’acquéreur détenait moins de 50 % des actions de la cible au terme de la transaction ont été exclues. Par conséquent, aucune prise de participation minoritaire n’a été prise en considération. Ont également été exclues toutes les opérations dans lesquelles l’acquéreur possédait plus de 50 % des actions de la cible avant la transaction (acquisitions de soldes de participation).
  • Seules les fusions-acquisitions réalisées d’un montant d’au moins 100 millions USD et remplissant les critères de l’étude sont prises en compte.
  • Les données relatives aux transactions proviennent de Refinitiv.

Next Finance , 20 juillet

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

News CAMEO Energy et Eiffel Investment Group lancent un nouveau « White Bond »

CAMEO Energy lève 4,5M€ auprès d’Eiffel Investment Group, pour créer un « White Bond ». Par analogie aux Green Bonds dédiées au financement de la transition écologique, ce « White Bond » a pour objectif de répondre aux besoins spécifiques du financement des projets d’efficacité (...)

© Next Finance 2006 - 2020 - Tous droits réservés