›  Opinion 

La récente hausse des prix du pétrole ne doit pas être sur-interprétée

Les tensions géopolitiques ont récemment augmenté. En parallèle, les prix du pétrole ont progressé. Est-ce une coïncidence ? Le marché pétrolier traduit-il l’anticipation d’une nouvelle escalade de tensions au Moyen-Orient ?

La dynamique de l’offre et de la demande, davantage que la géopolitique, semble expliquer les récents mouvements du marché pétrolier.

Les tensions géopolitiques ont récemment augmenté. En parallèle, les prix du pétrole ont progressé. Est-ce une coïncidence ? Le marché pétrolier traduit-il l’anticipation d’une nouvelle escalade de tensions au Moyen-Orient ?

L’une des manières d’analyser les mouvements du pétrole est d’examiner la dynamique de l’offre et de la demande. Dans notre « graphique de la semaine », nous mettons en parallèle l’évolution de la demande de pétrole physique calculée par le département de l’Énergie des États-Unis en soustrayant l’évolution de l’offre, et la variation sur 12 mois des prix du pétrole. En 2014, les prix du pétrole ont clairement suivi la chute de la demande, passant de plus de 100 dollars le baril à moins de 30 dollars début 2016. À l’inverse, au cours des 12 derniers mois, la demande physique a de nouveau dépassé l’offre, provoquant une baisse des stocks et une remontée des prix du pétrole.

Ainsi, même en l’absence de nouvelles tensions géopolitiques, les prix du pétrole sont soutenus par les caractéristiques du marché. Il est toutefois intéressant de noter que la production américaine continue d’augmenter, ce qui rend improbable le scénario d’une véritable explosion des prix du pétrole.

Stefan Kreuzkamp , 18 avril

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2018 - Tous droits réservés