›  Opinion 

La pire année depuis 1946, mais ce n’est pas ce qui compte

Le PIB américain s’est contracté de 3,5 % en 2020, marquant la pire année pour l’économie américaine depuis 1946. Cela n’a cependant que peu d’importance pour 2021. La corrélation entre les marchés des actions et la croissance du PIB est notoirement absente.

Le PIB américain s’est contracté de 3,5 % en 2020, marquant la pire année pour l’économie américaine depuis 1946. Cela n’a cependant que peu d’importance pour 2021. La corrélation entre les marchés des actions et la croissance du PIB est notoirement absente.

C’est la croissance future qui compte. Les mesures de relance étant encore abondantes, le FMI s’attend à ce que le PIB du pays augmente de plus de 5 %. Cela permettra de soutenir la croissance des emplois aux États-Unis, qui sont toujours en baisse de neuf millions par rapport aux niveaux d’avant la crise.

Les dépenses de consommation devraient donc être un moteur important de la croissance économique, notamment parce que les taux d’épargne restent artificiellement élevés en raison des mesures de relance prises par le gouvernement.

Une croissance de 5 % du PIB facilitera également une reprise massive des bénéfices, ce qui devrait pousser les marchés boursiers à la hausse. Pour les décideurs politiques, le défi consistera à répartir plus équitablement cette croissance supérieure à la moyenne dans la société, ce qui n’a pas très bien fonctionné lors du dernier cycle économique.

Jeroen Blokland , 1er février

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2021 - Tous droits réservés