›  Opinion 

La Fed a encore de bonnes raisons pour justifier une nouvelle hausse des taux d’intérêt (de 25 points de base)

Les décideurs de la Federal Reserve (Fed) semblent prêts à relever de nouveau les taux lors de la réunion du Federal Open Market Committee (FOMC) les 18 et 19 décembre. Cette annonce pourrait bien provoquer des réactions de colère sur Twitter, et pas seulement à la Maison-Blanche.

Les décideurs de la Federal Reserve (Fed) semblent prêts à relever de nouveau les taux lors de la réunion du Federal Open Market Committee (FOMC) les 18 et 19 décembre. Cette annonce pourrait bien provoquer des réactions de colère sur Twitter, et pas seulement à la Maison-Blanche. À Wall Street, on craint aussi de plus en plus depuis quelques semaines que la Fed n’en fasse trop dans le cycle de resserrement actuel.

De telles préoccupations semblent logiques vu la faiblesse récente des marchés financiers. Elles sont pourtant en totale contradiction avec les données sur la santé sous-jacente de l’économie américaine. Comme le montre notre graphique de la semaine, le chômage a continué de diminuer pour atteindre des niveaux jamais vus depuis près de 50 ans. Dans ce contexte, la croissance des salaires a été étonnamment modérée tout au long de l’actuel cycle économique. Les données les plus récentes ont connu une légère hausse. "Les coûts de la main-d’œuvre augmentent, mais encore modérément ", souligne Josh Feinman, économiste en chef du DEM aux États-Unis. Cela dit, la croissance des salaires semble toujours globalement compatible avec l’inflation ciblée par la Fed.

Alors, les marchés financiers sont-ils inquiets sans raison valable ? Pas tout à fait.

Le ralentissement de la croissance de la demande, le resserrement des conditions financières, les frictions commerciales, la vigueur du dollar américain (USD) et le ralentissement de la croissance dans le reste du monde ne justifieront plus le besoin de nouvelles hausses des taux d’intérêt - éventuellement.

Le problème, c’est que ces obstacles potentiels sur la croissance américaine sont difficiles à anticiper et ont tendance à changer de jour en jour. En revanche, la politique monétaire, même dans le meilleur des cas, ne fonctionne que sur des délais longs et variables. Des erreurs politiques sont certainement possibles. Heureusement, nous ne nous projetons pas dans un scénario où l’économie américaine serait sur le fil du rasoir, et où de légers changements de politique pourraient déstabiliser l’économie.

Stefan Kreuzkamp , Décembre 2018

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés