›  News 

L’Union Bancaire Privée annonce un bénéfice net de CHF 202,4 millions et des apports nets d’actifs supérieurs à 5%

Le bénéfice net s’établit à CHF 202,4 millions à fin 2018 (CHF 209,4 millions hors éléments non récurrents liés aux acquisitions), contre CHF 220,4 millions un an plus tôt.

  • Les apports nets d’actifs totalisent CHF 7,3 milliards (soit 5,8% des actifs), dont CHF 4,7 milliards de net new money et CHF 2,6 milliards au titre de l’intégration d’ACPI.
  • Les avoirs sous gestion s’élèvent à CHF 126,8 milliards, en progression de 1,2% sur l’année (CHF 125,3 milliards à fin 2017), dans un contexte défavorable sur les marchés des titres et des devises.

Une année marquée par d’importants apports de la clientèle et par l’acquisition d’ACPI

Les apports nets d’actifs totalisent CHF 7,3 milliards à fin 2018, dont CHF 4,7 milliards de net new money, provenant à parts égales des clients privés et des clients institutionnels, et CHF 2,6 milliards issus de l’acquisition d’ACPI, conclue en fin d’année. Cette croissance a permis de compenser les effets négatifs enregistrés sur les marchés des titres et des devises, et notamment l’appréciation du franc suisse contre l’euro (CHF -1,2 milliard). Les actifs sous gestion de l’UBP atteignent CHF 126,8 milliards, soit une progression de 1,2% par rapport à fin 2017.

Les revenus sont en augmentation de 1,6% et s’établissent à CHF 1,06 milliard. La marge d’intérêt est en nette hausse (+8,2%) tandis que le ralentissement des courtages (-16%) lié au faible volume de transactions sur le second semestre a été compensé par la croissance des commissions de gestion et d’advisory. La part des clients ayant confié à la Banque la gestion de leurs actifs sous forme de mandats ou de fonds est désormais supérieure à 60%.

Les charges d’exploitation atteignent CHF 698 millions à fin 2018 (contre CHF 673,1 millions à fin 2017). Leur hausse, qui reste cependant maîtrisée (+3,7%), provient principalement des frais non récurrents (CHF 7,2 millions) liés à l’acquisition d’ACPI à Londres et de Banque Carnegie Luxembourg (dont la finalisation sera effective fin janvier 2019), et aux recrutements effectués en Asie et au Moyen-Orient. D’importants investissements ont par ailleurs été opérés dans le domaine du digital et de l’IT, l’UBP ayant notamment conclu un partenariat avec IBM pour le développement et la maintenance de sa plateforme informatique.

Le résultat opérationnel avant provisions a ainsi atteint CHF 257,5 millions à fin 2018 (contre CHF 271,2 millions à fin 2017), et le bénéfice net s’élève à CHF 202,4 millions, contre CHF 220,4 millions un an plus tôt, soit une baisse de 8,2% (-5,2% hors éléments non récurrents). Le cost/income ratio s’établit à 65,8% (contre 64,4% à fin 2017).

« Dans un contexte marqué par un repli des marchés et un net ralentissement de l’activité transactionnelle des clients, l’UBP a continué d’investir dans le renforcement de son offre et de son organisation. L’acquisition d’ACPI et de la Banque Carnegie nous permet aujourd’hui d’accélérer notre croissance en Europe, et le recrutement de nouvelles équipes en Asie et au Moyen-Orient traduit notre ambition sur ces marchés prioritaires pour notre Banque. Les apports nets positifs enregistrés sur l’année viennent récompenser le travail de nos équipes pour répondre aux attentes de la clientèle à la recherche de solutions sur mesure et innovantes », déclare Guy de Picciotto, CEO de l’UBP.

Des fondamentaux solides

Le total du bilan est stable et atteint CHF 32,6 milliards (CHF 32 milliards à fin 2017) et le ratio Tier 1, qui s’inscrit à 26,6%, reste largement supérieur au minimum exigé par Bâle III et la FINMA.

Cette gestion prudente du bilan fait de l’UBP l’une des banques les mieux capitalisées et les plus solides de la place, comme le confirme la récente attribution de la notation à long terme Aa2 (« long-term Aa2 deposit ratings ») par l’agence Moody’s.

L’UBP dispose donc de l’assise financière nécessaire à son développement en Suisse et à l’international.

Next Finance , 17 janvier

tags

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

News CAMEO Energy et Eiffel Investment Group lancent un nouveau « White Bond »

CAMEO Energy lève 4,5M€ auprès d’Eiffel Investment Group, pour créer un « White Bond ». Par analogie aux Green Bonds dédiées au financement de la transition écologique, ce « White Bond » a pour objectif de répondre aux besoins spécifiques du financement des projets d’efficacité (...)

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés