›  Mobilité 

Jean Sarkozy contre Thomas Devedjian : Le match !

Les médias ont-ils été trop indulgents vis-à-vis de Thomas Devedjian lors de sa nomination au comité exécutif du fonds stratégique d’investissement ? Y a-t-il « deux poids deux mesures » dans l’analyse comparée des promotions de Jean Sarkozy et de Thomas Devedjian ?

C’est l’avis de quelques proches du président de la république. Après s’être insurgés contre une presse qualifiée d’ « anti-sarkozyste primaire », certains vont même jusqu’à signaler, en coulisse, que les médias ont été bien complaisants vis-à-vis de Thomas Devedjian lors de sa nomination en Mars 2009 dans le comité exécutif du fonds stratégique d’investissement.

La comparaison est-elle fondée ?

Il est permis d’en douter. Thomas Devedjian brillant diplômé d’HEC et de l’ENA, a un CV qui parle pour lui. Membre du service des participations de la direction du Trésor en 2002, Thomas a rejoint le cabinet de Nicolas Sarkozy en 2004 comme conseiller technique en charge du financement des PME, de l’innovation et de l’attractivité du territoire.

De 2004 à 2006, il a été conseiller technique au cabinet d’Hervé Gaymard puis de Thierry Breton, à l’époque ministre de l’Economie, des finances et de l’industrie.

En 2006, Thomas est nommé directeur adjoint de participations chez Eurazeo. Un poste déjà stratégique. « Ce n’est pas rien », commente un banquier parisien proche du président et souhaitant garder l’anonymat. « A ce type de poste chez Eurazeo, si vous n’êtes pas fait pour le job, ça se voit tout de suite ! Thomas Devedjian possède une réelle expérience du financement des PME, avec un regard émanant à la fois du secteur public et du secteur privé. Il est vraiment légitime au sein du comité exécutif du fonds stratégique d’investissement » commente-t-il.

Est-ce que son nom l’a aidé à décrocher le poste ?

« Probablement. Mais il n’a pas non plus à cacher son nom. Connaissez-vous un banquier de haut calibre qui se priverait de faire jouer son réseau si celui-ci est susceptible de l’aider pour la réalisation d’un deal ou pour l’évolution de sa carrière ? Moi, non », analyse notre banquier.

« Les cas de Jean Sarkozy et de Thomas Devedjian sont incomparables ! Juste à cause de l’épaisseur de leur cv », assène t-il. « La nomination de Thomas était un non évènement. Parmi les financiers proches parents de personnages politiques célèbres, le cas de Marc-Olivier Strauss-Kahn, frère cadet de DSK, méritait tout autant, voire un beaucoup plus d’attention » conclut notre banquier.

Anciennement directeur général des études et des relations internationales de la Banque de France, Marc-Olivier Strauss-Kahn, frère cadet du directeur général du Fonds monétaire international (FMI), avait été nommé en mars 2008 « représentant en Amérique de la Banque de France, localisé comme Visiting Senior Adviser au Federal reserve Board à Washington ».

Le journal Le Parisien avait alors parlé de « parachutage doré du frère de DSK à Washington », affirmant qu’il recevrait un salaire de base de 250.000 dollars (166 000 euros) par an, assorti d’une « indemnité d’expatriation » de 150.000 euros, plus des "frais de représentation" de 50.000 euros par an. Le tout net d’impôt.

Next Finance , Octobre 2009

Lire aussi

Mars 2008

Mobilité Olivier Sarkozy, banquier d’affaires vedette d’UBS, débauché par Carlyle

Olivier Sarkozy, demi-frère de Nicolas Sarkozy, président de la république française, a rejoint une des plus grosses sociétés mondiales d’investissement, le groupe Carlyle...

tags
Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Mobilité Carmignac annonce la nomination de David Older en tant que gérant de Carmignac Investissement, et co-gérant de Carmignac Patrimoine aux côtés d’Edouard Carmignac et de Rose Ouahba

David Older, initialement recruté pour son expertise globale sur les secteurs des technologies, des télécoms et des médias, a rejoint Carmignac en 2015 en tant que gérant actions senior et a été nommé Responsable de l’équipe actions début (...)

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés