›  Mobilité 

Départ de traders de la Société Générale vers la City : Info ou Intox ?

La Société Générale étudierait un transfert d’une partie de ses traders, encore basés à Paris, vers Londres. Certains banquiers d’affaires spécialisés dans les fusions-acquisitions, les télécoms, les médias et les technologies seraient également amenés à déménager vers Londres en septembre…

Alors qu’une dizaine de patrons du CAC40 rendaient visite au nouveau locataire de l’Elysée pour leur faire part de leurs inquiétudes sur les nouvelles mesures de fiscalité (et notamment l’alourdissement de l’ISF, la taxe à 75% et la non déductibilité des intérêts d’emprunts pour lors des rachats d’entreprises), Reuters indiquait dans un communiqué que la Société Générale étudie un transfert d’une partie de ses traders, encore basés à Paris, vers Londres.

Par ailleurs, certains banquiers d’affaires spécialisés dans les fusions-acquisitions, les télécoms, médias et technologies, apparemment censés suivre leurs clients, seraient amenés à déménager vers Londres en septembre.

L’explication semble légère au vu des multiples moyens de communication dont dispose la banque et ses clients. « Paris-Londres c’est deux heures en Eurostar et un peu moins en avion, pas de quoi déménager tout un desk pour suivre un client parti à Londres » estime un banquier parisien.

En réalité, le mouvement est engagé depuis plusieurs années, indique-t-il. Des banques, comme la BNPP, ont depuis un certain temps délocalisé une partie de leur front-office (Traders, Vendeurs, Analystes) vers Londres. Ce mouvement leur permettait alors d’augmenter les salaires de certains collaborateurs, de réduire les charges salariales au global, et de gagner en flexibilité pour d’éventuels licenciements. Certaines équipes de la Société Générale, plus réduites, avaient également à l’époque suivi le mouvement.

S’agit-il aujourd’hui de faire pression sur le gouvernement avant l’annonce des nouvelles mesures fiscales en cours de réflexion et notamment le taux d’imposition de 75% pour les fortunés français ?

Selon plusieurs conseillers financiers et juridiques, l’homme le plus riche de France, Bernard Arnault, fondateur et président du groupe de luxe LVMH, étudierait la délocalisation du comité exécutif du groupe dans une ville étrangère, Londres arrivant en tête de liste dans ces réflexions.

Des avocats fiscalistes ont également indiqué à Reuters qu’environ 20% des entreprises cotées au CAC 40 envisageaient de s’exiler Outre-manche.

Next Finance , Août 2012

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Mobilité Milène Gréhan nommée Directrice Générale de MAIF Avenir

MAIF Avenir, premier fonds de capital-innovation à mission, annonce la nomination de Milène Gréhan comme Directrice Générale. Responsable du fonds depuis 2017, elle succède à Nicolas Boudinet. Elle poursuivra le développement ambitieux de ce fonds créé en 2015 et renforcera son (...)

© Next Finance 2006 - 2022 - Tous droits réservés