Crowdfunding : financer les PME grâce aux obligations

Investbook lance ses premières émissions obligataires dans le but de financer les PME françaises. Une vraie plus-value pour les entreprises et les investisseurs basée sur la transparence, l’information et le retour sur investissement. Après le don, l’equity pour les startups, le prêt pour les TPE, le crowdfunding s’ouvre donc aux obligations d’entreprise. Explications.

La réglementation européenne (Bâle III) contraint les établissements bancaires à limiter considérablement le financement des entreprises en France, souvent dans l’obligation d’ouvrir leur capital ; le marché de la dette étant inexistant pour les sociétés au chiffre d’affaires inférieur à 20 millions d’euros. C’est pourquoi Investbook, plateforme française de financement participatif obligataire, permet aux prêteurs de souscrire en direct à des obligations émises par des PME matures. A savoir des titres financiers cessibles de gré à gré, donnant droit à des intérêts semestriels, des remboursements annuels et un accès à l’information pendant toute leur durée de vie. Les obligataires ayant tous les mêmes droits pour chaque émission.

Premières émissions obligataires

Ainsi, Investbook lance ses deux premières émissions obligataires. Après avoir reçu une centaine de candidatures, audité une trentaine de dossiers, elle a retenu deux sociétés qui ont plus de cinq ans d’activité :

Une entreprise de conseil en systèmes d’informations créée en 2009, 2 millions d’euros de chiffre d’affaires, filiale d’un groupe en réalisant 11millions d’euros. Émission d’obligations : 200.000 euros, maturité 4 ans, taux d’intérêt 7,50%.

Une entreprise de conseil en communication digitale créée en 2010, 500.000 euros de chiffre d’affaires. Émission d’obligations : 150.000 euros, maturité 3 ans, taux d’intérêt 8,0%,

Trois autres entreprises bénéficieront d’un lancement d’émission en décembre. « Nous soutenons les dirigeants de PME en quête de développement, en leur offrant une profondeur de financement complémentaire aux ressources bancaires.  » explique Jean Carvajal, Président-fondateur d’Investbook.

Non dilutif, le crowdfunding obligataire se positionne sur des financements pertinents pour les PME qui souhaitent lever plusieurs centaines de milliers d’euros. Les investissements n’y sont pas plafonnés. Les prêteurs peuvent être des personnes morales, holdings patrimoniales, investisseurs institutionnels ou entreprises en excédent de trésorerie, contrairement aux plateformes de prêt, limitées aux personnes physiques et à 1.000 € par personne et par projet.

Instruction forte des dossiers

En complémentarité des règles prudentielles, ce financement participatif obligataire suit un processus très encadré : Investbook effectue un audit renforcé des PME, prépare préalablement un mémorandum d’une trentaine de pages avec une présentation des sociétés et une note d’analyse. Elle rencontre systématiquement les dirigeants et organise fréquemment des réunions investisseurs – émetteurs.

Elle se positionne également en tant qu’accompagnateur des investisseurs sur la durée en leur donnant accès à l’information régulièrement.

« La qualité de service auprès des investisseurs est très poussée également » précise Jean Carvajal.

Ce positionnement qualitatif vise à professionnaliser le financement participatif, à apporter une solution aux PME, tout en restant proche des investisseurs avec une dimension de service qui fait toute la différence.

A terme, Investbook prévoit de financer une vingtaine de PME par an pour des émissions supérieures à 500.000 euros en moyenne.

Next Finance , Novembre 2015

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés