›  Opinion 

Vers une récession technique en Allemagne ?

La publication des chiffres de production industrielle en Allemagne pour le mois de novembre, avec une baisse de 1,9% sur le mois, augmente fortement la probabilité d’une nouvelle contraction de l’activité en Allemagne au quatrième trimestre.

Comme le montre le graphique ci-dessous, même en incluant un rebond sur le mois décembre qui effacerait la baisse de novembre, le risque d’une contraction du PIB [1] est significatif. Après la baisse de 0,8% en rythme annualisé du troisième trimestre, cela constituerait donc un deuxième trimestre consécutif de contraction de l’activité.

Selon les experts de Lazard Frères Gestion, « il n’y a pas de définition canonique d’une récession. Le NBER [2] , l’organisme américain en charge de leur datation aux Etats-Unis, parle « d’une baisse significative répandue dans l’ensemble de l’économie qui dure plus que quelques mois et qui affecte à la fois le PIB, les revenus, la production industrielle, l’emploi, les revenus et le commerce de gros et de détail ». L’INSEE [3] s’en tient aux deux baisses consécutives du PIB.

La définition du NBER a l’avantage d’être plus qualitative et permet de vérifier si l’on est dans le cadre d’une récession technique ou dans quelque chose de plus significatif. En l’occurrence, on n’observe pas de remontée du taux de chômage, pas de ralentissement des créations d’emplois, pas de baisse des ventes au détail.

Outre l’impact du changement de normes environnementales dans l’automobile, d’autres facteurs ponctuels ont pesé sur l’activité industrielle en Allemagne. Ainsi, le faible niveau du Rhin a forcé un certain nombre d’entreprises à réduire leur activité. Pour résumer, si l’activité se contracte encore en Allemagne au quatrième trimestre, il faudra bien parler d’une récession technique. »

Next Finance , 14 janvier

Notes

[1] PIB : indicateur économique principal de mesure de la production économique réalisée à l’intérieur d’un pays donné

[2] NBER  : bureau national de recherche économique, de l’anglais « National Bureau of Economic Research »

[3] INSEE  : Institut national de la statistique et des études économiques

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés