›  Opinion 

Vers un nouvel équilibre

L’inflation américaine a pulvérisé un nouveau record en progressant de 7% en variation annuelle, justifiant ainsi le caractère restrictif de la politique monétaire de la Fed. Cela étant, malgré un chiffre élevé avec une inflation qui bascule progressivement des biens vers les services, le dollar US a faibli et les taux d’intérêts ont légèrement baissé...

L’inflation américaine a pulvérisé un nouveau record en progressant de 7% en variation annuelle, justifiant ainsi le caractère restrictif de la politique monétaire de la Fed. Cela étant, malgré un chiffre élevé avec une inflation qui bascule progressivement des biens vers les services, le dollar US a faibli et les taux d’intérêts ont légèrement baissé, reflétant ainsi que le marché a d’ores et déjà bien intégré le processus de normalisation des taux de la Fed.

En Europe, on remarque des discordances sur l’analyse des perspectives d’inflation par les membres de la BCE. D’un côté, Isabel Schnabel, membre du conseil des gouverneurs de l’institution, s’inquiète d’un impact durable des prix de l’énergie du fait de la transition énergétique ; de l’autre, l’économiste en chef, Philip Lane, affirme s’attendre à un reflux notable de l’inflation dès la fin d’année.

Côté sanitaire, le variant Omicron s’avère extrêmement contagieux, mais nettement moins dangereux que les autres souches. Il bouscule les protocoles sanitaires existants, et certains pays tels que les USA, l’Angleterre et l’Espagne envisagent la possibilité de considérer le virus comme seulement endémique et d’apprendre à vivre avec. La plupart des pays ayant adopté la stratégie zéro Covid reconnaissent la nécessité d’adapter leur stratégie, mais la Chine persiste dans cette voie.

Les contraintes sanitaires dérivées de cette stratégie, couplées à la stratégie de régulations, pèsent encore sur la croissance chinoise, mais le marché chinois semble montrer des signes de stabilisation. La croissance du crédit y est encore timide, mais stimulée par les gouvernements locaux. Nous attendons une confirmation de cette relance du crédit avant de s’exposer davantage sur ce marché.

La semaine aura ainsi été marquée par la poursuite de la rotation sectorielle, avec une forte surperformance des valeurs cycliques et décotées, par rapport aux valeurs de croissance. La résilience du marché actions et le reflux des volatilités de change militent pour une augmentation mesurée de l’exposition sur les marchés actions. Les prochaines semaines apporteront plus de visibilité microéconomique avec la publication des résultats des entreprises.

Dans cet environnement de réduction de la liquidité mais de croissance économique toujours soutenue, nous conservons une position neutre sur les actions, avec une volonté d’augmenter l’exposition.

Sur les taux, nous maintenons une sous-pondération sur les dettes souveraines et le crédit de qualité et restons prudents sur la duration.

Edmond de Rothschild (France) , 17 janvier

tags
Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Chine : le pays le plus radical dans la lutte contre le changement climatique ?

Avec plus d’efforts à déployer et moins de temps à sa disposition, la Chine pourrait s’imposer comme l’un des leaders mondiaux de la lutte contre le changement climatique. L’analyse d’Anastasia Petraki, Responsable de la recherche en politiques chez (...)

© Next Finance 2006 - 2022 - Tous droits réservés