›  Opinion 

Valorisation et Prévision…

La déconnection entre la progression des marchés et les prévisions des analystes n’a jamais été aussi forte sur les 10 dernières années. Une fois de plus les marchés et les analystes financiers ne sont pas en phase. (cf graphe).

Comment expliquer une telle dichotomie ?

Cette divergence est particulièrement criante depuis le mois d’octobre 2011, où l’indice EuroStoxx progresse de près de 60% alors que dans le même temps les analystes révisaient à la baisse leurs prévisions de résultats de 5 % compte tenu des perspectives des entreprises restant moroses dans un environnement économique marqué par un manque de visibilité.

Cette forte déconnexion entre les marchés et les profits anticipés s’explique en grande partie par les politiques monétaires accommodantes de la Réserve Fédérale aux Etats-Unis et de la Banque Centrale Européenne éloignant du moins sur la zone Euro les scénarios du pire.

Dans cet environnement, nous assistons à un dégonflement de la prime de risque qui entraine de facto une forte remontée des price earning.

Mais cette déconnexion entre investisseurs et analystes ne peut durer éternellement.

Pour les mois à venir, nous pensons que la microéconomie devrait prendre le relais pour valider les fortes attentes des marchés, d’autant, qu’aujourd’hui, les bourses européennes commencent à ne plus vraiment être bon marché.

Marc Renaud , Novembre 2013

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2020 - Tous droits réservés