›  Note 

Une nouvelle étude de State Street révèle que plus de la moitié des investisseurs institutionnels prévoient d’externaliser la gestion de leurs données d’ici 2021

Le manque d’intégration entre les différents types et sources de données constitue le principal défi de gestion pour près de 50 % d’entre eux

State Street Corporation a annoncé la publication d’une nouvelle étude [1], qui révèle que plus de la moitié (60 %) des investisseurs institutionnels interrogés comptent externaliser tout ou partie de la gestion de leurs données dans les trois prochaines années. À l’heure actuelle, 52 % d’entre eux assurent l’ensemble des fonctions de gestion des données en interne. Ce taux est cependant censé diminuer à 36 % d’ici 2021, 15 % des institutions prévoyant d’externaliser totalement ce rôle à un partenaire extérieur.

« Le niveau extrême atteint dans la complexité des données a fondamentalement changé le mode de concurrence et de fonctionnement des investisseurs institutionnels et des gérants d’actifs » a déclaré Subbiah Subramanian, Responsable monde de DataGX(SM), l’offre de services de données de State Street Global Exchange. « Le secteur de l’investissement exige aujourd’hui d’énormes quantités de données. Alors que les frontières entre les front-, middle- et back-office continuent de s’estomper, une gestion plus intelligente des données est absolument essentielle pour obtenir une meilleure performance, et reconnaître les opportunités de croissance. »

Selon plus de la moitié (57 %) des participants, ce changement dans la gestion des données est principalement attribuable aux exigences des autorités de réglementation. Toutefois, la gestion des données semble avoir rapidement pris une importance croissante pour les investisseurs institutionnels, près d’un tiers (30 %) d’entre eux indiquant que l’intégration de nouvelles informations pertinentes, ou de données alternatives, dans leur processus d’investissement sera pour eux l’une des plus grandes opportunités d’augmenter les actifs de leur entreprise dans les cinq prochaines années.

De plus, près de la moitié (46 %) des participants pensent que la mise en œuvre d’une meilleure stratégie en termes de gestion des données a permis d’améliorer l’harmonisation entre leurs équipes d’investissement et de gestion du risque ; et 22 % d’entre eux pensent que leurs capacités en matière d’analyse des données sont devenues leur avantage compétitif le plus important.

Voici les principales autres conclusions de l’étude :

  • 43 % des investisseurs institutionnels considèrent le manque d’intégration entre différents types et sources de données comme le défi principal dans la gestion des données
  • 91 % des participants à une étude menée il y a cinq ans [2] indiquaient avoir en place toutes les compétences adéquates, ou presque, pour faire avancer leur stratégie d’analyse de données. Aujourd’hui, ce taux n’est plus que de 60 %
  • Au cours des cinq prochaines années, 43 % des participants pensent qu’ils auront recours à des partenaires extérieurs comme source d’analyses de la performance et du risque
  • 68 % des investisseurs institutionnels se sentent suffisamment à l’aise à l’idée de stocker des données sur le cloud

« Dans un environnement caractérisé par une augmentation des exigences réglementaires, et des rendements faibles poussant les investisseurs à rechercher d’autres sources d’alpha, souvent plus complexes, il apparait clairement que les investisseurs institutionnels vont continuer à privilégier en priorité la gestion et l’analyse des données pour prendre de meilleures décisions d’investissement, répondre aux exigences réglementaires, et dégager un avantage compétitif » commente David Pagliaro, responsable EMEA de State Street Global Exchange. « Naturellement, il semble que la prochaine étape la plus efficace de cette évolution technologique consiste pour les investisseurs institutionnels à s’associer à des spécialistes de l’analyse des données, leur permettant ainsi de concentrer leurs efforts sur leur cœur de métier. »

Next Finance , 14 mai

Voir en ligne : L’étude de State Street sur les services de données et d’analyse

P.-S.

Pour l’ensemble des conclusions, veuillez consulter l’étude de State Street sur les services de données et d’analyse.

Notes

[1] Sondage effectué par PollRight* pour le compte de State Street auprès de 86 professionnels de l’investissement entre le 12 mars et le 9 avril 2018. Les participants au sondage représentent des investisseurs institutionnels et des investisseurs alternatifs intervenant notamment dans les secteurs des hedge funds, de l’immobilier et du private equity.

[2] Étude sur les services de données et d’analyse menée en 2013 par The Economist Intelligence Unit pour le compte de State Street.

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Note ETF et risques associés : l’AMF apporte un éclairage sur le marché français des fonds indiciels cotés

Selon l’étude de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), les mécanismes de coupe-circuits en vigueur sur Euronext Paris permettent de contenir le risque d’écartement important entre le prix négocié de l’ETF et la valeur liquidative instantanée du panier (...)

© Next Finance 2006 - 2018 - Tous droits réservés