›  Opinion 

Une bulle obligataire ?

La hausse des obligations d’Etat ne montre aucun signe d’essoufflement, comme en témoigne la baisse des rendements en-deçà de seuils importants...

Le rendement de l’emprunt d’Etat américain sur 10 ans a ainsi approché les 2,5 % et celui de l’emprunt allemand équivalent est tombé à 2,25 %, tandis que les rendements des mêmes emprunts britannique et japonais se sont repliés à moins de, respectivement, 3 % et 1 %.

Il existe de multiples explications venant justifier ces fluctuations, mais la principale question est celle de savoir si les obligations sont désormais entrées dans une bulle ? Depuis avril dernier, le rendement de l’emprunt d’Etat américain a chuté de 145 points de base par rapport à son plus haut niveau de 3,99 % d’avril. Cette baisse équivaut à une performance annualisée de 38 % en 4 mois et demi.

Plusieurs critères servent à évaluer si une classe d’actifs connaît une bulle. Tout d’abord, les valorisations doivent atteindre des niveaux extrêmes, puis le rythme de hausse devient parabolique. De nouveaux acheteurs se joignent aux investisseurs traditionnels, lesquels sont moins sensibles aux paramètres de valorisation. Enfin, les bulles tendent à être signalées par un consensus marqué selon lequel « cette fois-ci est différente », invoquant des raisons fallacieuses pour justifier les niveaux de marché.

Si les obligations américaines sont surachetées, il est difficile de conclure à une bulle. Le rendement réel à 10 ans avec l’inflation sous-jacente actuelle est de 1,9%, contre un rendement réel de 0,3 % en décembre 2008. Une comparaison avec le taux de croissance potentiel de l’économie offre une évaluation supplémentaire des valorisations (un rendement réel inférieur à la croissance potentielle suggérant une surévaluation des obligations).

Un rendement réel actuel de 1,9 % comparé avec l’estimation de l’OCDE d’un taux de croissance potentiel du PIB de 1,2 % donne à penser que les obligations sont encore intéressantes. A l’inverse, fin 2008, le rendement réel de 0,3 % comparé avec une croissance potentielle de 2,4 % indiquait que les obligations étaient surévaluées. De nouveaux acteurs ont fait leur apparition, en l’occurrence les Banques centrales qui ont acheté des obligations et des titres adossés à des créances hypothécaires dans leurs programmes d’assouplissement quantitatif. Mais les banques commerciales ont massivement acheté des emprunts d’Etat, et rien ne suggère un changement de mentalité des investisseurs plaidant pour des rendements définitivement plus faibles.

De nombreux investisseurs portent encore les cicatrices des tentatives de vente à découvert du marché des emprunts d’Etat japonais à 2,5 % au début de 1999 - avant d’assister à l’inexorable chute des rendements jusqu’à 0,46 % en juin 2003. Un nouveau groupe d’acheteurs moins sensibles aux cours est présent sur les marchés obligataires (dont la raison d’être est de veiller à la baisse des taux d’intérêt réels) et tout sauvetage pourrait être prématuré dans l’immédiat.

David Shairp , Août 2010

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

  • Une bulle obligataire ? 2 septembre 2010  11:39, par Carlito [Hedge Funds]
    <p>Il ne peut pas y avoir de vraie bulle spéculative sur une obligation, puisque son prix de remboursement futur est connu, ce qui exclut les trajectoires avec bulle où les prix anticipés de l’actif croissent toujours et décorrélent de la valeur fondamentale (avec l’espoir de revente rapide des achats spéculatifs ). Voilà pour la théorie .</p> <p>Sinon, dans le volet aspects pratiques du sujet l’auteur , dans un sursaut de lucidité se rapproche du vrai problème&nbsp;: " De nouveaux acteurs ont fait leur apparition, en l’occurrence les Banques centrales qui ont acheté des obligations et des titres adossés à des créances hypothécaires dans leurs programmes d’assouplissement quantitatif. " .</p> <p>Mais il oublie ou ignore le fait que ce comportement de monétisation des dettes par les banques centrales (car c’est de quoi il s’agit) date depuis longtemps (1995&nbsp;? 2000&nbsp;? ) , depuis que les pays d’Asie rentrent dans la "compétition mondiale " et que leurs BC accumulent des réserves de change pour maintenir cette compétitivité via le change .Les pays de l’OPEP ont aussi le meme comportement sur le marché de la dette souveraine pour des raisons légérement différentes . Et c’est à peine il y a 2 ans que des banques comme la FED rentrent dans la meme optique de monétisation de la dette et exacerbent certaines interrogations . Donc, aucunement il ne s’agit pas d’ un sujet d’actualité .</p> <p>Et évidemment l’auteur conclut logiquement " rien ne suggère un changement de mentalité des investisseurs plaidant pour des rendements définitivement plus faibles." puisque " Un nouveau groupe d’acheteurs moins sensibles aux cours est présent sur les marchés obligataires "</p> <p>Ce qui est juste , mais il dit pas un mot sur ce qui est le plus intéressant et qui est le vrai enjeu du marché obligataire&nbsp;:</p> <p>1/ Quand et sous quelles conditions macroéconomiques les BC procéderont à la réduction de la taille de leur bilan qui remettra sur le marché une partie des titres publics qu’elles détiennent&nbsp;?</p> <p>2/ Quand et sous quelles conditions les pays émergents et exportateurs de pétrole (Chine, pays de l’OPEP, Hong Kong... en particulier),décideront un passage à la flexibilité des taux de change et arrêt de l’accumulation de réserves de change.</p> <p>Tant que ces deux conditions restent hypothétiques , le danger d’une hausse des taux longs l’est aussi , mais c’est bel et bien sur cette problématique qu’il convient de se pencher et non pas s’engouffrer dans un vain débat, non justifié théoriquement, d’une bulle obligataire .</p>

    Répondre à ce message | Voir les réponses (2)

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés