›  Opinion 

Une autre lecture de la correction de marché

La correction de marché est essentiellement lue comme la résultante de peurs sur la croissance ainsi que d’une remontée des risques de guerre commerciale. A ces explications, auxquelles nous souscrivons pleinement, il faut probablement ajouter un élément important de positionnement.

L’année 2018 a été horrible pour les Hedge Funds américains. Pour la première fois en 20 ans les HF actions ont eu une performance négative alors que le S&P 500 était en progression (chiffres à fin novembre pour 2018).

Il semblerait donc que beaucoup d’investisseurs retirent leurs fonds « en taille » des HF. Typiquement, l’investisseur a le droit de reprendre tout ou partie de ses apports en fin de trimestre mais il doit notifier son retrait 30 à 45 jours avant. Pourquoi ces détails ? Parce que les grands fonds institutionnels qui veulent changer leur allocation pour 2019 ont donc dû notifier leur souhait de retrait aux HF mi-novembre. Les HF doivent donc solder leurs positions début décembre, soit maintenant !

Est-ce la cause de la correction ? Très probablement elle y participe. Les HF représentent 10 à 15% des encours mais plus de 25% des transactions.

Plusieurs signaux vont dans ce sens :

  • D’une part, la réaction du marché à un simple tweet de Donald Trump sur les tarifs douaniers semble un petit peu excessive.
  • D’autre part, en regardant le détail de la correction on s’aperçoit que les positions les plus agressives des HF sont aussi celles qui ont le plus souffert. C’est en particulier le cas des grands noms de la tech. La part détenue par les HF était élevée car la liquidité de ces titres présentaient une opportunité intéressante pour des investisseurs de court terme prônes à faire des rotations rapides. Là aussi, les nouvelles fondamentales sur ces titres peinent à justifier l’ampleur de la correction.
  • Enfin, on voit que la partie internationale de la cote a surperformé la partie domestique dans la correction. Les cycliques globales ont aussi fait mieux que les cycliques domestiques, les défensives globales ont fait mieux que les défensives domestiques. Cela ne peut pas être expliqué par un scénario de guerre commerciale.

Conclusion : comme souvent les mouvements de marché peuvent être la résultante de plusieurs facteurs. Il nous semble que l’idée d’une forte sortie des HF est plus que crédible et explique certains aspects du marché difficile à justifier par les fondamentaux seuls. Si cette explication est valide, il est probable que les sorties continuent et que les jours à venir restent difficiles.

Hervé Goulletquer , Stéphane Déo , Décembre 2018

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés