Un pic de volatilité ne remet pas en cause le scénario fondamental : patience, prudence et sang froid

Il aura suffi de la publication d’un chiffre de progression du salaire horaire moyen aux Etats Unis supérieur aux attentes, le vendredi 2 février 2018, pour que les marchés anesthésiés depuis quelques mois par un consensus objectivement favorable se réveillent abruptement.

Tombé à 9,2% le 4 janvier 2018, l’indice de la volatilité du S&P 500, le VIX, atteint 37,3% le 5 février, pour revenir à 20,1% le 21 février 2018.

Il est vrai qu’au cours de l’année écoulée, la volatilité du marché américain des actions avait été faible, souvent inférieure à 10%, malgré quelques épisodes à 16%.

Toutefois, 2017 était de ce point de vue un cru exceptionnel.

Si l’on prend un peu plus de recul (sans revenir à la « Préhistoire ») et que l’on observe l’évolution de la volatilité du marché actions US depuis seulement 3 ans, l’on constate que le phénomène de début février 2018 s’est déjà produit en avril 2015 : nous titrions à l’époque, à la veille de ce pic dans notre focus EGAMO : « un an de performance en trois mois - beaucoup de rattrapage et un peu d’exagération peut-être, annonciatrice d’un retour de la volatilité ? ». Puis dans notre focus de mai 2015 : « face à la hausse des rendements obligataires depuis mi-avril et la correction des marchés boursiers, vive les Trois Mousquetaires : Patience, Prudence et Sang Froid ».

Nous pensons que ce leitmotiv est parfaitement d’actualité aujourd’hui, le scénario fondamental pour 2018 demeurant inchangé.

Si l’on observe à présent l’évolution de la volatilité de l’Eurostoxx, on retrouve le pic de début février proche de 35%, avec des périodes de volatilité plus forte qu’aux US au cours des mois précédents, notamment en avril 2017, (à 25% sur l’Eurostoxx versus 16% aux US). Le moins que l’on puisse dire est que cet épisode de volatilité du Printemps dernier n’a pas nui à la performance du marché action Euro en 2017 (12,55%) !

Après une performance en janvier 2018 (+3,26%) égale à près de la moitié de la performance attendue pour l’ensemble de l’année, il est plutôt sain qu’une correction se produise. Celle-ci correspond à une performance négative de -1,40% ytd pour l’Eurostoxx au 19/02/2018.

L’observation de l’évolution de la volatilité de l’Eurostoxx sur 3 ans confirme le caractère non exceptionnel de l’épisode de début février 2018.

Les évolutions de ces dernières années démontrent que la volatilité n’est pas l’ennemie de la performance. Il est sain que le marché porte régulièrement un regard critique sur le scenario fondamental, et s’ajuste aux données publiées.

Dans un contexte où les banques centrales régularisent progressivement leurs politiques monétaires non conventionnelles, ces pics de volatilité ont vocation à se reproduire et constituent autant d’opportunités pour le gérant de mandat assurantiel diversifié. La volatilité est en effet une source de performance complémentaire dans le cadre de la gestion tactique de la poche de diversification.

L’exploitation des épisodes de volatilité doit être menée conjointement avec le suivi des données fondamentales. En effet, même si nous pensons que les craintes concernant la hausse des anticipations d’inflation sont exagérées, elles n’en sont pas moins réelles dans le marché et doivent être surveillées attentivement.

Equipes de gestion d’EGAMO , 27 février

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Stratégie Investir sur un indice ESG, un choix payant ? Zoom sur le MSCI KLD 400 Social, le plus ancien des indices ESG sur les actions américaines

Alors que les investisseurs cherchent dorénavant à intégrer les critères ESG comme partie intégrante de leur processus d’investissement, MSCI avait lancé dès Mai 1990 l’indice MSCI KLD 400 Social, le plus ancien des indices (...)

© Next Finance 2006 - 2018 - Tous droits réservés