›  Opinion 

Un nouveau monde "vert", alors que la Covid laisse libre cours à la relance budgétaire

La pandémie a-t-elle été un choc ponctuel ? Les tendances pré-Covid se réaffirment-elles ou la crise ouvre-t-elle la possibilité de quelque chose de plus révolutionnaire, semblable au programme New Deal de Roosevelt dans les années 1930 ?

Talib Sheikh, Responsable de la stratégie Multi-Actifs, Mark Richards, Stratégiste, Multi-Actifs, et Matthew Morgan, Directeur d’investissement, Multi-Actifs chez Jupiter Asset Management estiment que la combinaison d’une politique monétaire et fiscale expansive, axée sur un programme tourné vers le développement durable, pourrait changer la situation mondiale.

Les investisseurs aiment à qualifier le krach boursier du premier trimestre 2020 d’événement "exogène", de "cygne noir" - peut-être une autre façon de dire qu’au moins cette fois, ce n’est la faute de personne. Nous sommes nombreux à nous souvenir de la vague de critiques dont a fait l’objet le secteur des services financiers - non sans raison - après la crise de 2007-2008. Cette crise a eu un profond effet désinflationniste : le surendettement, l’austérité, la refonte du système bancaire, combinés au vieillissement des populations et à la mondialisation, ont conduit à une décennie de faible productivité, de croissance et d’inflation, malgré des taux d’intérêt nuls et l’assouplissement quantitatif.

Il peut être naturel de voir la crise du coronavirus à travers ce même prisme. Nombre de ces tendances se sont accélérées : l’endettement mondial a augmenté, la demande et la production se sont effondrées, le chômage devrait rester élevé. Lorsque le monde finit par revenir à une nouvelle normalité, pourquoi les anciennes tendances ne réapparaîtraient-elles pas ?

Deux facteurs viennent compliquer les choses

Le premier élément est la politique monétaire : depuis que le président de la Fed, Jerome Powell, a annoncé les conclusions de la révision du cadre de la Réserve fédérale (Fed) en septembre dernier, nous affirmons que nous assistons au changement le plus important de la banque centrale depuis quarante ans, et que les autres banques centrales vont suivre le mouvement. Nous avons couvert ce sujet ailleurs de manière beaucoup plus détaillée : la stratégie de la Fed est désormais "fondée sur les résultats" plutôt que sur les "perspectives". Les marchés Fixed Income et les discussions sur le tapering précoce suggèrent que ce changement n’est pas encore totalement pris en compte.

La deuxième raison tient à l’influence accrue de l’État. La pandémie a forcé les gouvernements à intervenir d’une manière que nous n’aurions jamais cru possible, comme les prêts automatiques, les plans de chômage partiel et les paiements en espèces. Ces mesures d’urgence sont appelées à disparaître, mais le désir de créer un monde plus sûr et plus juste persistera. Ce désir englobera probablement la gestion de la chaîne d’approvisionnement, le commerce mondial et la distribution des salaires, mais il s’agit aussi, fondamentalement, d’un programme de développement durable.

Le signal vert

Nombreux sont ceux qui considèrent la politique environnementale comme un frein à la croissance du fait d’une réglementation accrue. Nous voyons les choses différemment : elle peut lever les obstacles aux dépenses budgétaires, en particulier aux investissements dans les infrastructures. Cela peut avoir un impact positif sur la croissance mondiale. Nous constatons que le changement climatique figure en tête de liste des priorités des électeurs, ce qui contribue à faire évoluer la réalité politique dans le même sens.

L’Europe a connu une profonde période d’austérité après la crise financière. Non seulement la Banque centrale européenne (BCE) était beaucoup plus lente et réticente que les États-Unis à mettre en œuvre des politiques innovantes, mais la politique budgétaire était beaucoup plus restrictive. La crise de la dette souveraine du début des années 2010 a montré le danger du fardeau de la dette et la difficulté de trouver une solution acceptable tant pour les endettés que pour leurs créanciers. Elle a conduit à une application plus stricte du pacte de stabilité et de croissance de l’UE, qui fixe des limites aux déficits et à la dette des pays. La pandémie a ouvert la voie à une interprétation plus souple de ces règles. L’Allemagne a été l’un des principaux obstacles à une politique plus souple, exprimée par l’engagement d’équilibre budgétaire "schwarze Null" ou "déficit zéro", mais le débat politique est en train de changer.

Un changement incontournable

Le changement climatique constitue un argument moral puissant en faveur d’une augmentation des investissements. En Allemagne, le parti écologiste est en deuxième position dans les sondages à l’heure où nous écrivons ces lignes et jouera probablement un rôle important dans tout gouvernement de coalition après les élections de septembre. Bien que le manifeste final des Verts doive encore être approuvé, il comprendra des engagements en faveur de l’investissement durable et de la numérisation, qui sont difficiles à réaliser sans expansion fiscale. Il ne s’agit plus d’un programme marginal : il existe un consensus croissant autour de l’objectif zéro carbone net d’ici 2050, et des pays comme la Russie, la Chine et l’Arabie saoudite sont apparus à la table des négociations pour contribuer à encadrer le débat sur cet objectif commun.

La politique environnementale américaine est restée à la traîne de l’Europe pendant la présidence de Donald Trump, mais elle est revenue sur le devant de la scène depuis l’élection de Joe Biden. Le dernier président à avoir lancé de grands programmes d’infrastructure était Barack Obama. La principale différence cette fois-ci est que, alors que les plans d’Obama étaient des projets "prêts à l’emploi" qui donnaient un coup de pouce à court terme à la demande, les plans de M. Biden prévoient à la fois la régénération des infrastructures américaines fatiguées et un investissement majeur dans les technologies environnementales et les énergies renouvelables. Si ce plan peut devenir une loi avant que les démocrates perdent (probablement) le contrôle total du gouvernement lors des élections de mi-mandat à la fin de l’année prochaine, il peut avoir un impact significatif sur la productivité et la croissance à long terme.

L’environnement occupe le devant de la scène

Entre 2008 et 2020, l’inflation, la productivité et la croissance ont régulièrement dérogé aux attentes. De nombreux facteurs sont encore intacts, et nous ne pouvons pas encore affirmer que nous sommes sur la voie d’une meilleure croissance économique. La seule chose qui n’est pas transitoire dans le débat sur l’inflation, c’est le débat lui-même : nous ne saurons pas si l’inflation persistera avant au moins la fin de 2021.

En définitive, nous estimons que l’ampleur de l’impact d’une politique budgétaire axée sur l’environnement et le changement de banque centrale n’ont pas été pleinement appréciés par les investisseurs. Le comportement du marché et les commentaires des investisseurs continuent de présupposer un retour à la normale, mais lorsque celle-ci surviendra, le monde sera confronté à une toile de fond politique fondamentalement différente. Pour traverser cette période, il convient de faire preuve de toute la flexibilité possible. Les portefeuilles multi-actifs peuvent ajuster de manière dynamique le degré d’exposition aux actions, aux titres obligataires, aux devises et aux matières premières selon les régions.

Mark Richards , Matthew Morgan , Talib Sheikh , 17 juin

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2021 - Tous droits réservés