›  Note 

UBS dévoile son étude Year Ahead 2021 : l’année du renouveau

En 2021, la production économique et les résultats des entreprises sont appelés à rebondir pour retrouver leurs niveaux d’avant-pandémie. UBS invite les investisseurs à envisager de diversifier leur portefeuille au-delà des grandes capitalisations américaines, des obligations à faible rendement et du dollar américain...

  • La Recherche d’UBS s’attend à ce que certaines lanternes rouges de l’année 2020 affichent le plus fort potentiel de hausse en 2021, plus particulièrement les valeurs cycliques et les moyennes capitalisations
  • Les investisseurs qui souhaitent miser sur « The Next Big Thing » devraient explorer les opportunités offertes par la Fintech, la Greentech, la Healthtech ou la 5G

Après une année sans précédent, UBS, le numéro un mondial de la gestion de fortune, anticipe en 2021 un rebond de la production économique et des résultats des entreprises à leurs niveaux d’avant-pandémie.

Selon le scénario de référence de la nouvelle étude annuelle Year Ahead publié par le Chief Investment Office d’UBS Global Wealth Management, les petites et moyennes capitalisations, certaines valeurs financières et de l’énergie, ainsi que les sociétés industrielles et actives dans la consommation discrétionnaire devraient générer des rendements supérieurs à la moyenne, sous l’effet combiné des mesures de soutien budgétaire, de la faiblesse persistante des taux d’intérêt et de la mise à disposition d’un vaccin.

Les principales recommandations de placement de l’étude :

  • Diversifier les portefeuilles en prévision de la prochaine phase haussière des actions au-delà des solides large caps américaines qui ont dominé en 2020. Les investisseurs devraient adopter une vision globale et chercher à identifier les titres qui présentent un potentiel de rattrapage, ainsi que les nouveaux gagnants à long terme.
  • Diversifier en dehors des liquidités et des obligations à faible rendement et rechercher les rendements dans la dette souveraine des marchés émergents en dollar américain, ainsi que dans les obligations à haut rendement asiatiques. Sélectionner des obligations crossover qui se situent à la frontière entre émetteurs qualifiés de niveau « investment grade » et « high yield ».
  • Se positionner en vue d’un affaiblissement du billet vert. Les investisseurs devraient opérer une diversification parmi les devises du G10 ou dans une sélection de devises des marchés émergents ainsi que dans l’or.

Les placements durables et dans le « private equity » pourraient apporter une précieuse contribution aux portefeuilles. A l’orée de 2021, UBS continue de privilégier les placements durables pour les clients privés qui investissent à l’échelle mondiale.

Mark Haefele, Chief Investment Officer d’UBS Global Wealth Management, indique : « Nous pensons que 2021 sera ‘l’année du renouveau’. Face à la reprise de la croissance, aux politiques budgétaires et monétaires expansionnistes ainsi qu’à la nouvelle donne politique, un nouveau leadership devrait également se dessiner sur les marchés en 2021. Au-delà de l’année à venir, les investisseurs devraient également porter leur attention sur les secteurs engagés dans un processus de transformation technologique. Alors qu’au cours de la dernière décennie, il s’agissait d’investir dans la technologie elle-même, il conviendra dans les dix prochaines années de miser sur les vecteurs de disruption qui bousculent le statu quo dans les autres secteurs. »

« The Next Big Thing »

Au cours de la prochaine décennie, les investisseurs feront face à un monde plus endetté, plus inégal, plus local, mais également plus digital et, à certains égards, plus durable.

Les tendances accélérées par la pandémie de Covid-19 peuvent offrir aux investisseurs des opportunités à long terme. Ces derniers contribueront ainsi à bâtir un nouvel avenir plus durable, en particulier dans les secteurs en pleine reconversion technologique.

Qu’il s’agisse de la transition vers une économie décarbonée, de la nécessité d’améliorer l’efficacité et l’approche holistique du système de santé ou encore de la dynamique en faveur d’une digitalisation accrue des services financiers, les sociétés exposées à ces tendances devraient enregistrer une croissance supérieure à la moyenne sur un horizon à long terme. La transition vers la 5G devrait générer à elle seule 13 200 milliards de dollars de valeur économique d’ici 2035.

Next Finance , 18 novembre

tags
Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Note ETF et risques associés : l’AMF apporte un éclairage sur le marché français des fonds indiciels cotés

Selon l’étude de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), les mécanismes de coupe-circuits en vigueur sur Euronext Paris permettent de contenir le risque d’écartement important entre le prix négocié de l’ETF et la valeur liquidative instantanée du panier (...)

© Next Finance 2006 - 2020 - Tous droits réservés