›  Opinion 

Trump l’inarrêtable

Les événements politiques aux États-Unis ont continué d’abonder pendant les mois d’été. Les taxes à l’importation ont été instaurées dans la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine. Les pays ont tenté de trouver des solutions aux différends commerciaux par le biais de négociations, mais aucun résultat visible n’a été obtenu.

Le président Trump a également mis en place de nouveaux droits de douane sur les produits turcs afin de pousser le pays à libérer un pasteur américain détenu en Turquie. Cette décision a fait chuter la livre turque, ce qui a fait craindre que les pertes ne se propagent à d’autres pays émergents et même à la zone euro. Les États-Unis ont également imposé de nouvelles sanctions à la Russie en réponse à l’attaque par empoisonnement via un agent neurotoxique au Royaume-Uni. Les États-Unis ont conclu un accord avec le Mexique concernant leurs relations commerciales, ce qui a été considéré comme un moyen de préparer le renouvellement de l’ALENA. On ne sait toujours pas si le Canada acceptera le nouvel accord, mais cette nouvelle étape dans les négociations a entrainé une nouvelle hausse des actions américaines en août.

En dehors des États-Unis, les perspectives ont légèrement faibli en raison des enjeux liés aux tensions commerciales, de l’effritement de l’ordre mondial et des perspectives commerciales instables, dépendantes de tweets. Aux États-Unis, la confiance est restée élevée malgré la méfiance croissante sur les marchés.

Au front intérieur, les condamnations pénales des assistants de campagne de Trump ont porté un coup dur à la politique intérieure. Les élections de mi-mandat en novembre augmenteront les tensions et pourraient avoir un impact sur son discours politique dans les prochains mois. Trump a renouvelé sa menace de « shutdown » du gouvernement afin de financer la sécurité aux frontières.

Au cours de l’été, l’expulsion de familles de réfugiés a été fortement condamnée, même parmi les électeurs républicains. Des appels en faveur de la destitution de Trump ont été lancés. Malgré la pression, il est peu probable que cela advienne prochainement et il ne sera peut-être même pas possible de conclure la procédure avant la fin du mandat en cours.

Apple entre au club des 1 000 milliards en bourse

Apple est devenue la première société au monde à atteindre une capitalisation boursière de 1 000 milliards de dollars après que la société ait annoncé un développement et des bénéfices supérieurs aux attentes. Amazon a également dépassé les attentes, et sa capitalisation boursière vient aussi d’atteindre les 1 000 milliards au début septembre. La valeur d’Apple a augmenté de plus de 30% en un an et celle d’Amazon de près de 85%.

Les autres GAFA ont connu des revers en raison de résultats décevants et, après avoir annoncé leurs bénéfices, la capitalisation boursière de Facebook a chuté de 100 millions de dollars, soit près de 20%. Le titre de Twitter a également chuté. Cependant, les actions des GAFA font aujourd’hui un retour en force et sont à la hausse.

Dans l’ensemble, les bénéfices des entreprises ont augmenté rapidement au deuxième trimestre. Aux États-Unis, les bénéfices ont augmenté de 25% au deuxième trimestre et plus de 80% des bénéfices publiés ont dépassé les prévisions des analystes.

Les recettes ont également augmenté davantage que prévu. La performance des recettes et des bénéfices des entreprises européennes était quant à elle plus proche de la normale. Les bénéfices ont augmenté d’environ 10% et un peu plus de la moitié des entreprises ont dépassé les prévisions attendues.

La canicule, un sujet brûlant

Des records de température ont été enregistrés dans tout l’hémisphère nord cet été, avec des sécheresses et des incendies de forêt. Malgré cela, les prix des matières premières n’ont pas augmenté et l’indice CRB Commodity est à son niveau le plus bas depuis dix ans. Cependant, les températures élevées ont alimenté le débat sur le réchauffement climatique chez les investisseurs.

Tomas Hildebrandt est gérant de portefeuille Senior pour des clients institutionnels. Il est membre de l’équipe d’allocation d’actifs d’Evli et travaille également en tant que Stratégiste marchés. Tomas a rejoint Evli en 1996 et travaille sur les marchés financiers depuis près de 30 ans.

Tomas Hildebrandt , 11 septembre

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2018 - Tous droits réservés