›  Opinion 

Royaume-Uni : Un PIB mensuel pour mieux suivre l’économie

En matière de statistiques, l’arbitrage entre rapidité de publication et précision des données est particulièrement important. L’Office National des Statistiques britannique, qui était un des premiers instituts à publier son estimation de croissance du PIB vient de choisir de retarder la publication de ses chiffres trimestriels afin de gagner en fiabilité.

En matière de statistiques, l’arbitrage entre rapidité de publication et précision des données est particulièrement important. L’Office National des Statistiques britannique, qui était un des premiers instituts à publier son estimation de croissance du PIB vient de choisir de retarder la publication de ses chiffres trimestriels afin de gagner en fiabilité.

Mais en contrepartie, il publie depuis juillet une estimation de la croissance mensuelle du PIB.

Cette estimation montre une reprise de la croissance du PIB sur les derniers mois après le passage à vide du début d’année. Sur la base de ces données, la croissance pourrait atteindre 2,6% en rythme annualisé, un rythme inédit depuis fin 2016.

« Un taux de chômage au plus bas, des salaires en accélération et une normalisation de l’inflation contribuent à une bonne tenue de la consommation des ménages. Après avoir atteint 2,7%, l’inflation core est maintenant de 1,9%. Cette consommation plus dynamique contribue grandement au rebond de la croissance. Ce contexte domestique plus favorable a donc amené la banque centrale à remonter ses taux en juillet à 0,75%, après une première hausse en novembre 2017.

Si la demande domestique est mieux orientée, les perspectives pour l’économie britannique restent suspendues aux négociations sur le brexit. S’il est impossible de faire des prévisions sur le résultat final des négociations, l’incertitude qui en découle pourrait peser davantage sur l’investissement des entreprises. Par ailleurs, en cas de hard brexit, la désorganisation des échanges commerciaux pourrait compliquer les échanges commerciaux, et donc l’activité économique. L’embellie sur la consommation ne suffirait sans doute pas à compenser l’impact négatif sur la croissance » analysent les experts de Lazard Frères Gestion.

Next Finance , 26 octobre

P.-S.

PIB : indicateur économique principal de mesure de la production économique réalisée à l’intérieur d’un pays donné.

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2018 - Tous droits réservés