›  Opinion 

Quand le marché devient vraiment fou : Obligations perpétuelles à taux zéro.

Ca y est c’est fait, il existe maintenant des obligations perpétuelles à taux zéro. Dernier avatar d’un monde de taux négatifs, ce produit est une abomination totale !

Une obligation perpétuelle est une obligation qui paye un coupon régulièrement mais qui ne rembourse pas le principal. Le Royaume-Uni par exemple avait émis des obligations perpétuelles pour financer la dette de guerre ; par exemple une émission de février 1946 avec un coupon de 3,00%. Obligation qui a été rachetée et donc retirée de la cote en août 2015.

  • Un taux zéro veut dire que les frais financiers sont nuls.

L’émetteur de cet emprunt n’a donc pas à rembourser son emprunt et n’a pas de frais financier. C’est purement de l’argent gratuit.

Comment en est-on arrivé là ? L’heureux élu est la banque néerlandaise ING. Cf. la fiche Bloomberg de cette obligation ci-dessous. ING a émis une obligation perpétuelle, Cf. la ligne « Maturity », en mai 2004, Cf. la ligne « Pricing date », avec un taux d’intérêt flottant, Cf. la ligne « Type ». Ledit taux d’intérêt est défini comme le taux souverain des Pays-Bas plus 10 points de base, Cf. la ligne « Formula ». Lesdits taux des Pays-Bas sont passés allégrement en dessous de zéro cet été, et donc la formule a donné un taux sur l’obligation ING de zéro, Cf. la ligne « Coupon » (pour des raisons juridique un peu compliquées et très obscures, le taux ne pouvait pas complétement suivre la formule et aller en négatif).

Bref, ING se retrouve avec une dette qui ne lui coute absolument rien.

Nous vivons une époque formidable !

Hervé Goulletquer , Stéphane Déo , 3 décembre

tags
Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés