›  Opinion 

Publications du premier trimestre : un très bon cru

Les messages des entreprises que nous avons recueillis restent constructifs pour cette année de rebond économique et les niveaux de BPA de 2019 pourraient être dépassés en 2022. Reste à surveiller la hausse de certains coûts liés aux transports et aux matières premières...

Les publications des résultats des entreprises au premier trimestre 2021, qui viennent de paraitre, représentent le meilleur cru depuis 2007. 60% des entreprises ont battu les attentes de bénéfice par action (BPA), seulement 18% ne les atteignant pas (Source Morgan Stanley). Elles ont dépassé les estimations de 11% environ (médiane).

Pour 2021, à la différence des dernières années, les analystes révisent à la hausse leurs estimations de BPA. Ils sont attendus en progression de plus de 40% en 2021, après une baisse d’environ 30% en 2020.

Que faut-il en retenir ?

Les messages des entreprises que nous avons recueillis restent constructifs pour cette année de rebond économique et les niveaux de BPA de 2019 pourraient être dépassés en 2022. Reste à surveiller la hausse de certains coûts liés aux transports (comme celui du transport maritime par container qui est quatre fois plus élevé que la moyenne 2019) et aux matières premières par rapport au « pricing power » de nos entreprises.

Par exemple Kingspan (matériaux de construction, Irlande) a indiqué faire face à 400 millions d’euros de surcoût de matières premières pour 2021 (acier, produits chimiques). Cela correspond à une hausse de prix de 8 à 9% pour compenser et cela se compare à un profit de plus de 500 millions d’euros en 2020.

L’apparition de goulots d’étranglement dans les chaines d’approvisionnements, dont l’exemple le plus flagrant est celui du manque de puces électroniques pour l’industrie automobile, pourrait aussi perturber la dynamique de croissance…

L’équipe de gestion Actions Croissance de Mandarine Gestion , 16 juin

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2021 - Tous droits réservés