›  Opinion 

Prix du pétrole : pourquoi les marchés se sont-ils trompés ?

Les prix du pétrole ont connu une véritable envolée ces dernières semaines. Patrick S. Kaser, CFA, Managing Director & Gérant chez Brandywine Global, une filiale de Legg Mason, analyse dans le commentaire ci-après, les enjeux des cours du marché du pétrole...

Au cours des cinq dernières années, les observateurs de l’industrie de l’énergie et les investisseurs n’ont cessé de se tromper sur l’évolution du prix du pétrole. Pourquoi ?

Une grande partie de l’explication semble provenir d’erreurs comportementales : excès de confiance dans les prévisions, biais sur les évolutions récentes, ancrage des convictions et autres facteurs.

Un deuxième élément s’ajoute, cependant, à cela : de nombreuses personnes ont totalement occulté des données pourtant visibles. Il ne leur a pas semblé important de prendre en considération le fait que l’activité ait ralenti à un rythme insoutenable et que les entreprises perdent leur rentabilité à 50 $ le baril de pétrole. Cela aurait dû être un signal indiquant que le prix était erroné, mais peu semblaient y prêter attention.

A ce stade, nous croyons que les données indiquent toujours des conditions d’offre insuffisante, mais nous avons maintenant atteint des prix qui suggèrent que l’activité devrait reprendre. Il faudra toutefois un certain temps pour rattraper plusieurs années de sous-investissement.

Le marché continue de s’attendre à une baisse des prix, mais si les entreprises restent disciplinées en matière de dépenses d’investissement, et si la vigueur de l’économie mondiale se maintient, une hausse des prix, même par rapport aux niveaux actuels, reste une possibilité.

Patrick S. Kaser , 18 mai

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2018 - Tous droits réservés