›  Opinion 

Privilégier les obligations à court terme face au risque d’inflation

« Nous recommandons aux investisseurs qui s’inquiètent de l’inflation et de la hausse des rendements de privilégier les obligations à court terme », affirme Raymond Sagayam, Chief Investment Officer – Fixed income de Pictet Asset Management.

« Les difficultés d’approvisionnement se multiplient de par le monde et touchent tous les domaines, du pétrole aux puces informatiques. Parallèlement, consommateurs et entreprises ont accumulé d’importantes liquidités et pourraient accepter de payer plus cher à l’avenir. Par ailleurs, des tensions apparaissent sur le marché de l’emploi : plusieurs pans de l’économie sont confrontés à des pénuries de main-d’œuvre et les salaires augmentent. »

« Il est encore impossible de dire si l’inflation sera durable ou passagère, mais une chose est sûre : le spectre de l’inflation crée d’ores et déjà des ondes de choc sur les marchés financiers mondiaux. »

« Les prévisions d’inflation, mesurées en fonction du point mort d’inflation à 10 ans, approchent d’un record vieux de huit ans. Les obligations souveraines des Etats-Unis, du Royaume-Uni et de la zone euro comme les obligations émergentes enregistrent toutes des pertes sur 12 mois, les rendements étant neutralisés par la hausse des taux. »

« Le premier réflexe d’un investisseur inquiet de l’inflation est bien souvent de réduire ses positions obligataires. Pourtant, le danger ne se limite pas aux seules obligations : en effet, l’histoire nous enseigne qu’une inflation durable pénalisera les classes d’actifs les plus risquées.

Les liquidités ne sont pas non plus la solution, car leur valeur réelle sera touchée elle aussi. »

« Un segment du marché peut toutefois offrir un peu de répit aux investisseurs : les obligations à duration courte. Largement négligée ces cinq à six dernières années, les investisseurs lui préférant alors des actifs plus risqués et des titres obligataires affichant un meilleur rendement, cette classe d’actifs retrouve tout son intérêt :

  • Les obligations à court terme constituent une excellente police d’assurance.
  • Avec les rendements et la duration actuels, elles protègent bien mieux d’une hausse des rendements.
  • Les obligations à court terme offrent un bon niveau de diversification. »

« Quelle que soit l’évolution de l’inflation, il est fort probable que l’économie mondiale et les marchés financiers traversent des zones de turbulence dans les prochains mois. En optant pour des obligations à court terme, les investisseurs peuvent se protéger de l’inflation sans renoncer à des rendements similaires. »

Raymond Sagayam , Novembre 2021

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Chine : le pays le plus radical dans la lutte contre le changement climatique ?

Avec plus d’efforts à déployer et moins de temps à sa disposition, la Chine pourrait s’imposer comme l’un des leaders mondiaux de la lutte contre le changement climatique. L’analyse d’Anastasia Petraki, Responsable de la recherche en politiques chez (...)

© Next Finance 2006 - 2022 - Tous droits réservés