›  Opinion 

Perspectives 2020 : Quels impacts sur les marchés nordiques ?

Evli vient de publier ses perspectives pour 2020. Au programme cette année : politique monétaire internationale, tensions commerciales et économiques en Chine, en Allemagne et aux États-Unis ainsi qu’effet de levier sur le marché actions. Mais quel sera l’impact de ces perspectives pour les pays et marchés nordiques ?

Tomas Hildebrandt, Gérant Senior et stratégiste marché, Wilhelm Bruun, Gérant Actions Nordiques et Juhamatti Pukka, Responsable Fixed Income, font le point ici sur les perspectives 2020 appliquées aux particularités des marchés nordiques.

Politique monétaire de la BCE et entreprises nordiques

Apparemment, la Fed en a aujourd’hui fini avec ses baisses de taux et la BCE est quant à elle dans une dynamique de rachat de titres. Cependant, avec les prochains changements à la tête de la BCE, nous ne pouvons pas encore être certains de ce qui nous attend pour 2020. Les banques centrales nordiques, notamment en Suède et au Danemark, suivent de très près la politique de la BCE, de sorte que les taux devraient encore rester bas pendant un certain temps. Mais comment la politique monétaire impacte-t-elle concrètement les entreprises des pays nordiques ?

Ces dernières n’ont pas vraiment connu d’effet de levier avec les faibles taux d’intérêt. En revanche, elles en ont profité pour refinancer leur dette existante. Cela a donc permis de réduire l’impact des taux bas, ce qui a été très bénéfique pour les entreprises nordiques et leur rentabilité. D’ailleurs, les entreprises nordiques n’ont pas vraiment besoin d’investir. Par conséquent, il semble qu’elles continueront à l’avenir de refinancer leurs dettes existantes et elles ne connaitront que très peu d’effet de levier. Les taux d’intérêt auront finalement un impact assez faible et les bilans des entreprises nordiques seront d’autant plus solides.

L’impact de la guerre commerciale sur les marchés nordiques

L’économie chinoise se montre assez résiliente face aux tensions commerciales avec les Etats-Unis. Les décideurs chinois ont en effet pris un certain nombre de mesures pour stimuler leur économie. Si un accord commercial était finalement trouvé, cela serait bien évidemment très positif pour les investissements et cela permettrait une reprise du commerce international.

Cet éventuel accord constituerait également une bonne nouvelle pour les entreprises nordiques, car elles sont très orientées vers l’exportation et occupent souvent des positions fortes sur le marché dans leur secteur d’activité respectif. Ainsi, une croissance mondiale plus forte avec moins d’obstacles au commerce international jouera sans aucun doute en faveur des régions nordiques.

Les conséquences de la politique zéro déficit de l’Allemagne sur les marchés nordiques

L’Allemagne a pris un coup avec le déclin du commerce international et il semble qu’en réaction à cette situation difficile le gouvernement allemand ne fasse que se serrer la ceinture. Mais s’ils décidaient finalement de changer leur politique ?

L’économie allemande est effectivement très importante pour l’Europe et c’est de loin le plus grand partenaire commercial de la région nordique. L’économie allemande suit actuellement une politique plutôt restrictive mais si la vieille règle du schwarze Nulle (règle du zéro déficit) était abandonnée, cela relancerait sans aucun doute leur économie. Et cela se répercuterait également sur l’ensemble de l’économie européenne, notamment sur les marchés nordiques pour lesquels le retour des investissements allemands serait très bénéfique.

Les sociétés nordiques sont en bonne forme, et cela devrait se poursuivre en 2020

De manière générale, les entreprises nordiques restent en bonne forme, l’effet de levier est aujourd’hui assez faible et il devrait le rester sur l’année à venir. Ainsi, les entreprises nordiques disposent d’un flux de trésorerie important, ce qui signifie qu’elles peuvent payer leurs dettes, leurs coupons et leurs dividendes.

Cette période d’important flux de trésorerie se traduit par des bilans très solides pour les entreprises nordiques, assurant leur position pour l’année à venir. En effet, de nombreuses incertitudes ont déjà été assimilées par les marchés et si l’économie mondiale se retourne sur une courte période ou si le ralentissement économique reste très faible, les marchés nordiques devraient au final se porter plutôt bien en 2020.

Tomas Hildebrandt , Décembre 2019

tags
Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2020 - Tous droits réservés