›  Opinion 

Penser l’après

Penser dès aujourd’hui au monde d’après. L’idée même de se projeter peut sembler bien incongrue, alors que le monde entier fait face à̀ une épidémie d’ampleur inédite, qui entraîne une crise économique mondiale. La lettre d’Emmanuelle Mourey, Présidente du Directoire de La Banque Postale Asset Management...

Penser dès aujourd’hui au monde d’après.
L’idée même de se projeter peut sembler bien incongrue, alors que le monde entier fait face à̀ une épidémie d’ampleur inédite, qui entraîne une crise économique mondiale.

Pourtant, l’histoire récente nous l’enseigne : c’est bien souvent depuis les profondeurs de la crise qu’ont germé les piliers les plus fertiles des nouvelles sociétés. Une fois l’épidémie endiguée, il nous faudra reconstruire en ayant tiré toutes les leçons de cette épreuve.

Comme tous les acteurs, la finance doit s’interroger sur ses responsabilités, mais aussi sur le rôle qu’elle veut désormais jouer. Toutes les questions doivent être posées sans tabou.

Quel avenir d’abord pour les marchés ? Comment lutter contre la dictature du court terme ? Quel rôle de l’état, des banques centrales ? A quelles conditions renouer avec la confiance de tous ceux qui investissent pour leur avenir ou leur retraite ? Le dialogue s’impose pour construire une épargne durable : à la fois avec nos clients, pour comprendre le sens qu’ils veulent donner à̀ leurs investissements et avec les entreprises dans lesquelles nous investissons, pour les accompagner dans la construction de modèles d’activités durables. En tant que gérant de convictions, ce dialogue est essentiel pour La Banque Postale Asset Management.

Dépendance logistique et industrielle, dépendance sanitaire... : cette crise fait soudain comprendre à quel point nos économies interdépendantes sont fragiles. Le critère territorial – et nous le savons bien à La Banque Postale Asset Management pour avoir fait du territoire un des pivots de notre analyse extra-financière – va enfin revêtir le caractère stratégique qu’il mérite.

Enfin, plus globalement – et pour reprendre les mots du Président de la République –toute l’économie peut-elle être soumise à la loi du marché ? La philosophie de l’ISR constitue à cet égard une voie inspirante, en assumant que la valeur de l’entreprise ne pouvait se limiter au seul prisme financier.

Toutes ces questions et tant d’autres, je vous propose d’y réfléchir ensemble. Je suis loin d’avoir toutes les réponses. Avec humilité́ donc, je vous soumettrai régulièrement mes réflexions, pour nourrir les réactions et les échanges. J’aurai également à cœur de m’appuyer sur les valeurs de notre groupe La Banque Postale. Car plus que jamais, c’est bien la notion de citoyenneté qui doit nous éclairer, dans tous les secteurs et en particulier dans la finance.

Ma seule certitude : la finance doit jouer son rôle pour convertir l’économie à un monde plus durable pour tous.

A très vite pour construire dès maintenant le monde d’après.

Emmanuelle Mourey , 20 avril

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2020 - Tous droits réservés