›  Note 

Monter son hedge fund dans l’après Lehman

Le paysage a été radicalement transformé depuis quatre ans, même si le nombre de lancements est redevenu important en 2011. 2007 avait marqué un pic dans le lancement de nouveaux hedge funds, avec 1200 créations à travers le monde...

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Même si les chiffres de 2011 ne sont pas encore complétés, le bilan est le plus positif depuis la chute de Lehman Brothers, en septembre 2008, qui avait été précédé par des mois d’anxiété sur les marchés. Néanmoins, un ralentissement a été constaté à partir de l’automne dernier, ralentissement qui devrait se confirmer en 2012, et renvoyer à beaucoup plus tard l’établissement d’un nouveau record de créations.

Les hedge funds global macro représentent 35% de l'ensemble des nouveaux fonds lancés au deuxième et au troisième trimestre

Concrètement, selon l’institut Hedge Funds Research, le nombre de nouveaux hedge funds est passé de 280 à 265 entre le deuxième et le troisième trimestre 2011, ce qui signifie néanmoins que le troisième trimestre 2011 reste toujours supérieur à celui de 2010.

Monter son propre hedge fund : la réputation avant tout !

Les besoins en capitaux sont beaucoup plus importants qu’il y a une dizaine d’années, mais c’est la réputation qui fait tout...

Dans le détail, HFR relève une accélération des hedge funds global macro : ceux-ci représentent 35% de l’ensemble des nouveaux fonds lancés aux deuxième et troisième trimestre.
Cette tendance est directement liée au contexte politique-économique européen. La gestion de la crise par les chefs d’Etat, jugée imprévisible et irrationnelle par les marchés, amène les hedge funds à s’orienter davantage vers des stratégies global macro.

Car « beaucoup de choses ont changé depuis quatre ans », comme le confie à Next-Finance Andrew McCafferey, Global Head of Hedge funds chez Aberdeen Asset Management, à Londres. « Les niveaux de capitaux requis sont beaucoup plus élevés, d’une part, tout comme les exigences administratives. Les nouveaux hedge funds ont besoin d’une forme de "témoignage" de la part d’investisseurs pour pouvoir se lancer, ils doivent faire des efforts de transparence qui n’étaient pas nécessaires avant, dans le reporting par exemple. Et au fil de leur croissance, de leur capacité à servir des investisseurs institutionnels, ils doivent impérativement s’entourer d’un staff ultra-compétent, à un niveau beaucoup plus élevé que ce qui était nécessaire il y a quatre ans. »

L’autre grand type de nouveaux fonds, ce sont les fonds equity, qui représentent la même proportion que les fonds global macro (39,6%). Mais l’ensemble des hedge funds equity déjà établis représentent au total la moitié de l’ensemble, contre 21,6% pour les global macro, ce qui confirme la tendance marquée des macro.

Autre tendance des nouveaux hedge funds : les frais de gestion sont nettement inférieurs à l’avant chute de Lehman Brothers. Selon Hedge Funds Research, les frais moyens de gestion des hedge funds lancés entre mi-2010 et mi-2011 ont baissé à 1,58%. Quant aux frais liés aux primes, ils ont baissé à 17,04%.

Pour tenter l’aventure, il y a des données clés comme un réseau solide, des ressources en capital importantes, un business plan prévoyant le long terme
Andrew McCafferey, Global Head of Hedge funds chez Aberdeen AM

Les nouvelles exigences réglementaires ont également amené les nouveaux hedge funds à faire confiance à des fournisseurs de services extérieurs multi-cartes, offrant des prestations comptables, juridiques, et de courtage.

D’après Andrew McGafferey, les nouveaux hedge funds ont une qualité nettement supérieure à ceux qui étaient lancés au milieu des années 2000, ils sont souvent l’affaire de « managers ou traders qui ont déjà nettement réussi et qui cherchent à créer leur propre business ». Exemple le plus récent : Philippe Gougenheim, qui vient de quitter Unigestion pour lancer son propre hedge fund.

Reste à savoir si c’est le bon moment, même quand on a un bon pedigree... « Le marché est divisé, poursuit-il. Certains ne voient que le retrait progressif de liquidités, d’autres pensent au contraire que cela va créer de nouvelles opportunités, avec moins d’acteurs pour une même affaire. »

Quels conseils à celui qui veut tenter l’aventure ? « Je dirais qu’il y a des données clés, comme un réseau solide, des ressources en capital importantes, un business plan prévoyant le long terme. Le créateur de hedge fund doit aussi s’assurer d’avoir une structure de reporting construite autour d’une équipe de dirigeants très crédibles, qui permettront au business d’évoluer avec une efficacité maximum, et surtout d’attirer plus de capitaux. »

Johann Harscoët , Janvier 2012

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Lire aussi

Décembre 2011

Mobilité Philippe Gougenheim va lancer son propre hedge fund !

Dans un mail adressé à la plupart de ses contacts, Philippe Gougenheim a indiqué qu’il allait quitter Unigestion pour monter sa propre société de gestion…

Juillet 2011

Mobilité Le trader phare de Nomura est sur le point de lancer son hedge fund !

Benjamin Fuchs, qui dirige le desk de trading compte propre Global Opportunities Group chez Nomura envisage de lancer son propre hedge fund et de lever au moins 400 millions de dollars d’ici la fin d’année...

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

  • Monter son hedge fund dans l’après Lehman 31 juillet 2012  18:46, par foxtradnews [Hedge Fund]
    <p>Bonjour, j’ai déjà posé sur différents forum ce type de question. Il faut s’entourer d’une bonne équipe de juristes internationaux pour starter et aussi échanger avec des créateurs de Hedge. Il faut être clean sur la partie juridique et aussi sur l’aspect technique. La personne qui a fait ce site sonagile.com m’a donné quelques tuyaux. Ce n’est pas son métier mais il travail avec des Hedges. Bon courrage.</p>

    Répondre à ce message | Voir les réponses (2)

Focus

Note ETF et risques associés : l’AMF apporte un éclairage sur le marché français des fonds indiciels cotés

Selon l’étude de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), les mécanismes de coupe-circuits en vigueur sur Euronext Paris permettent de contenir le risque d’écartement important entre le prix négocié de l’ETF et la valeur liquidative instantanée du panier (...)

© Next Finance 2006 - 2020 - Tous droits réservés