›  Opinion 

Miser sur les entreprises familiales

Dans une étude approfondie récente, nos analystes actions ont examiné les investissements dans les entreprises familiales. Il en ressort qu’investir dans des entreprises dirigées ou contrôlées par des familles peut s’avérer extrêmement intéressant. Ce type d’entreprises existe partout dans le monde.

Dans une étude approfondie récente, nos analystes actions ont examiné les investissements dans les entreprises familiales. Il en ressort qu’investir dans des entreprises dirigées ou contrôlées par des familles peut s’avérer extrêmement intéressant. Ce type d’entreprises existe partout dans le monde. Elles constituent même – et de loin – la forme d’entreprise la plus répandue. Il s’agit le plus souvent de petites ou moyennes entreprises. Mais il existe également un certain nombre de sociétés multinationales cotées contrôlées en grande partie par une famille. On estime ainsi que les entreprises familiales génèrent plus de 70% de la production économique mondiale.

Dans notre étude, les entreprises familiales sont définies comme des sociétés dont un cinquième au moins du capital est détenu par la famille fondatrice, ou par la famille qui a repris l’entreprise.

En outre, nous nous concentrons largement – mais pas exclusivement – sur les sociétés aux mains de la deuxième génération familiale ou d’une génération suivante, et donc moins sur les « start-ups ». L’enquête s’intéresse donc principalement aux entreprises d’une certaine taille, bien établies et dotées d’un modèle d’affaires éprouvé.

Les caractéristiques et valeurs typiques de ces entreprises familiales incluent un fort esprit d’entreprise, une vision et une stratégie à long terme, ainsi que des liens étroits avec les différentes parties prenantes. Bref, un ensemble de valeurs associées à la famille, qui met l’accent sur la préservation de la richesse au fil des générations. Cela se traduit aussi souvent par une forte concentration du patrimoine familial dans l’entreprise elle-même. Parmi les défis propres aux entreprises familiales, l’on peut citer les conflits d’intérêts, la conformité réglementaire, les problèmes de succession à la direction, les organes de surveillance ou encore les rapports de propriété.

Dans l’ensemble, nos recherches montrent que les actions des entreprises familiales affichent un rendement à long terme nettement supérieur à celui du marché global.

Nous avons analysé pour cela l’indice « Global Family Business Index », conçu par Ernst & Young et l’Université de Saint-Gall en 2019, qui rassemble 500 des plus grandes entreprises familiales privées et cotées du monde. Dans notre analyse, nous nous cantonnons aux sociétés cotées de l’indice, car elles sont plus faciles d’accès pour les investisseurs.

L’indice Global Family Business définit une entreprise familiale comme une société contrôlée à plus de 32% (actions et droits de vote) par une seule famille, celle-ci étant la deuxième génération au moins à participer activement à la direction de l’entreprise. Les entreprises « de créateurs », courantes en particulier dans le monde des technologies, peuvent également être incluses dans l’indice. Cela dit, dans les études universitaires, cellesci ne sont pas à proprement parler considérées comme des entreprises familiales tant que la deuxième génération n’est pas impliquée dans leur direction.

Pour ce qui est de la performance boursière relative, l’on constate que depuis l’an 2000, les actions de ces entreprises familiales affichent une performance annuelle moyenne supérieure de 3,5% à celle de l’ensemble du marché mondial. Cette surperformance est plus prononcée lorsque les entreprises sont dirigées par les trois premières générations. A partir de la quatrième génération, la différence est moins marquée.

Dans l’ensemble, nous estimons qu’investir dans des entreprises familiales est une option très prometteuse. Un positionnement bien diversifié offre une qualité élevée et de bonnes caractéristiques défensives.

Outre les sociétés cotées en bourse que nous avons examinées, les placements dans le secteur private equity offrent également des opportunités de rendement similaires et remarquables. Notre récente étude intitulée « Family Businesses » vous en apprendra davantage sur ce thème.

Daniel Kalt , 24 juin

tags
Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés