›  Opinion 

Marchés actions : quelle conjoncture au second semestre ?

Les actions mondiales ont connu au deuxième trimestre 2020 leur meilleur trimestre depuis 1998 et le début du troisième trimestre s’annonce également positif. Les marchés pourraient être plus agités pendant l’été, car les valorisations sont riches dans certains secteurs de pointe et la liquidité saisonnière est plus faible.

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Les actions mondiales ont connu au deuxième trimestre 2020 leur meilleur trimestre depuis 1998 et le début du troisième trimestre s’annonce également positif. Les marchés pourraient être plus agités pendant l’été, car les valorisations sont riches dans certains secteurs de pointe et la liquidité saisonnière est plus faible.

De nombreuses inquiétudes subsistent : le nombre de cas de coronavirus aux Etats-Unis continue d’augmenter, obligeant certains Etats à annuler leurs mesures de déconfinement ; les résultats trimestriels vont bientôt être publiés et les élections américaines devraient être une source d’incertitude supplémentaire.

Pourtant, les investisseurs connaissent la plupart de ces risques et la relation entre croissance économique et politique reste favorable aux actions. L’inflation demeure un sujet de débat, mais les prévisions de rendements plus faibles à long terme sont bien établies.

L’innovation financière a contribué à la reprise des actions depuis mars et les valeurs cycliques comme les banques ont également rebondi, mais à un niveau moindre que ne le laisse supposer la hausse des indices de confiance

Les choses pourraient revenir à la normale au printemps 2021, avec la mise à disposition d’un vaccin, mais certaines pratiques comme le télétravail, l’e-commerce ou les banques en ligne, apparues et développées durant l’épidémie pourraient devenir pérennes.

Guy de Blonay , 27 juillet

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2020 - Tous droits réservés