›  Opinion 

Marchés Emergents Asiatiques - Perspectives 2020

Selon Alistair Thompson, Directeur de FSSA Investment Managers, la réforme des Sociétés d’État chinoises (SOEs) devrait conduire au développement d’entreprises plus efficaces ainsi qu’à une classe moyenne montante et à une forte culture d’entreprise, ce qui est de bon augure pour les entreprises...

Chine

La bourse chinoise n’a baissé que de 1% cette année, ce qui ne semble pas être un déclassement suffisamment marqué – si l’on considère que nous traversons la pire crise économique depuis la dépression et qu’il n’y a pas et qu’il n’y aura peut-être jamais de remède au COVID-19.

La Chine a cependant été le premier pays à entrer dans la crise COVID-19 et en sera le premier à en sortir, ce qui explique que le marché boursier de ce pays ait rapidement anticipé une reprise. Nous craignons que cette reprise ne soit pas aussi forte que le marché le suggère et que (comme nous l’avons vu à Pékin récemment) certaines parties de l’économie doivent à nouveau fermer à mesure que d’autres clusters émergent.

Ce qui est clair, c’est que bon nombre des tendances qui existaient avant le COVID-19 ont simplement été accélérées par la crise et nous pensons donc que certains secteurs continueront à livrer aux investisseurs de long terme des rendements décents.

La réforme des Sociétés d’État chinoises (SOEs) devrait conduire au développement d’entreprises plus efficaces financées par le gouvernement, ainsi qu’à une classe moyenne montante et à une forte culture d’entreprise, ce qui est de bon augure pour les entreprises bien gérées de notre portefeuille à long terme. Des entreprises telles que Tencent sont à la tête de la croissance du e-commerce, du divertissement à domicile et des technologies de pointe, dont les tendances se sont renforcées beaucoup plus rapidement cette année.

Nos préoccupations sont plutôt centrées sur le regain des tensions politiques avec les États-Unis, l’Inde et d’autres voisins asiatiques, ainsi que sur un secteur bancaire qui reste très opaque (nous ne possédons aucune banque chinoise dans nos portefeuilles régionaux) et le poids de la dette du pays reste une préoccupation constante.

Inde

L’Inde aussi est un marché important pour nous et dans un pays où la distanciation sociale est un luxe, l’impact du COVID-19 et la réponse politique à la mise en quarantaine du pays ont causé un certain nombre de conséquences involontaires, dont la famine (70 % de la main-d’œuvre indienne dépend d’un salaire quotidien).

Cela dit, en plus des opportunités offertes par les banques privées (par opposition aux banques d’État qui détiennent 70 % du marché bancaire indien et sont accablées de créances douteuses et donc incapables de rivaliser), d’autres secteurs comme la santé, les technologies de l’information et les entreprises de produits de consommation de base enregistrent les meilleures opportunités de croissance dans notre univers d’investissement.

L’Inde a traversé de nombreuses crises au cours de son histoire et les secteurs les plus solides en sortent toujours plus forts. Aussi, alors que le pays commence à accepter l’impact économique du COVID-19, nous sommes convaincus que les investisseurs à long terme seront récompensés par les meilleures entreprises indiennes.

Taiwan

Taïwan est reconnue comme ayant de fortes capacités techniques dans le secteur des technologies de l’information et, bien qu’il s’agisse d’un segment du marché souvent difficile à analyser (en raison des cycles de produits souvent courts et des caractéristiques des produits de base de nombreuses entreprises qui le composent), les investisseurs peuvent être récompensés dans les entreprises qui ont démontré leur capacité à être agiles. Nous pensons que des entreprises telles que Mediatek, Largan et Advantech afficheront de bons résultats.

Alistair Thompson , 7 juillet

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2020 - Tous droits réservés