›  Note 

Les investisseurs institutionnels européens ont augmenté leurs allocations en ETF de 50 % en 2018

Les allocations en ETF par les investisseurs institutionnels investissant déjà en ETF ont augmenté de 50 % en 2018, soit 15 % de la totalité des actifs des 127 investisseurs institutionnels en ETF ayant participé à l’étude européenne sur les ETF réalisée par Greenwich Associates en 2018.

Cette croissance s’explique en grande partie par trois tendances clés :

  • Les ETF s’épanouissent dans un environnement volatile : en 2018, les institutions européennes ont repositionné leurs portefeuilles dans un environnement d’investissement difficile, agité par d’éventuelles hausses de taux de la BCE et une multitude de risques géopolitiques. La mise en œuvre de ces changements a accru la demande pour les ETF. Selon les institutions, la rapidité d’exécution des ETF, la possibilité de diversification qu’ils offrent et leur liquidité en font des outils polyvalents pour la construction d’un portefeuille.
  • La révolution des indices : les institutions européennes à la recherche de beta à un faible coût ont continué l’année dernière à transférer leurs actifs d’une gestion active vers des stratégies indicielles. Ce changement a augmenté les flux d’actifs vers les ETF, instrument privilégié pour des expositions indicielles par 84 % des participants à l’étude. Cette tendance se poursuivra probablement en 2019, étant donné que les allocations des institutions vers les stratégies indicielles sont encore bien en-deçà de ce qu’elles considèrent comme un niveau optimal d’allocation.
  • L’ESG est un facteur clé : les institutions européennes intègrent les normes environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) dans leur processus d’investissement et nombre de ces investisseurs utilisent les ETF comme instrument privilégié pour leurs expositions ESG.

44% des participants à l’étude et la moitié des gestionnaires de placements utilisent les ETF comme outil principal pour traiter la question de l’ESG. Près de la moitié des investisseurs interrogés s’attendent à ce que plus de 50% de leur actif total soit géré selon les critères ESG au cours des cinq prochaines années.

« Nos données suggèrent que la forte croissance des investissements dans les ETF des institutionnels européens l’année dernière s’est produite non pas malgré les turbulences, mais à cause d’elles », a déclaré le directeur général de Greenwich Associates, Andrew McCollum, par ailleurs auteur de In Turbulent Times, European Institutions Turn to ETFs.

Les institutions utilisent les ETF à la fois comme des outils tactiques et comme des éléments structurants stratégiques à long terme d’un portefeuille. En ce qui concerne les titres obligataires, l’allocation d’ETF a doublé pour atteindre 20% du total des actifs parmi les investisseurs institutionnels en ETF, tout comme l’allocation d’ETF en actions, qui sont passées de près de 14% en 2017 à environ 28% des actifs.

Dans le même temps, les stratégies smart beta demeurent un moteur constant de la croissance et de la demande des ETF. Les deux tiers des participants à l’étude et près des trois quarts des gestionnaires de patrimoine sous mandat individuel investissent dans des ETF smart beta ou bien pondérés par une approche factorielle. Plus d’un tiers d’entre eux prévoient d’augmenter leurs allocations au cours des 12 prochains mois, et près de la moitié des personnes interrogées prévoyant d’augmenter leurs allocations aux ETF smart beta devraient augmenter ces niveaux d’au moins 10%.

Greenwich Associates prévoit une croissance continue des investissements dans les ETF par les institutionnels en 2019 : près de 40% des personnes interrogées qui investissent déjà dans les ETF prévoient ainsi d’augmenter leurs allocations en ETF au cours des 12 prochains mois.

« Au cours d’une année marquée par le retour de la volatilité générale sur le marché, les investisseurs se sont tournés vers les ETF pour générer de l’alpha, gérer les risques, investir durablement et exploiter la liquidité dans des conditions financières plus difficiles », déclare Arnaud Gihan, responsable de l’activité iShares pour la France. « À l’avenir, une révolution dans la manière dont sont construits les portefeuilles en Europe alimentera la dynamique d’adoption des ETF que nous avons constaté ces dernières années. La sensibilité des investisseurs aux coûts, une régulation en perpétuelle évolution, la modernisation de l’écosystème des titres obligataires et un meilleur accès aux données et aux outils d’analyse sont autant de jalons pour cette croissance future. »

Next Finance , 5 mars

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Note ETF et risques associés : l’AMF apporte un éclairage sur le marché français des fonds indiciels cotés

Selon l’étude de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), les mécanismes de coupe-circuits en vigueur sur Euronext Paris permettent de contenir le risque d’écartement important entre le prix négocié de l’ETF et la valeur liquidative instantanée du panier (...)

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés