›  Note 

Les entreprises françaises ont pris conscience de l’intérêt crucial de l’ESG/climat

EGAMO a publié les résultats de son étude exclusive, conduite pour son compte par Indefi, auprès de 23 émetteurs large et mid caps de la place financière de Paris, répartis sur une dizaine de secteurs d’activité, comme la construction, la distribution ou encore les utilities.

Cinq experts (agences de notation, enseignants, chercheurs, etc…) ont également été sollicités pour étendre à l’échelle européenne la portée des messages de cette enquête.

Parmi les principaux enseignements :

  • Selon les émetteurs, la thématique ESG n’a cessé de gagner de l’importance ces dernières années et la tendance devrait se confirmer à moyen terme.
  • Les sollicitations extra-financières menées par les investisseurs sont globalement bien perçues par les émetteurs
  • Il existe une asymétrie marquée entre les investisseurs persuadés d’être très engagés et les émetteurs qui perçoivent souvent les sollicitations comme de simples discussions

Les émetteurs de plus en plus sollicités sur les thématiques ESG

Sur les 23 émetteurs interrogés, tous affirment être sollicités sur les thématiques ESG par les institutionnels français et nordiques principalement. Les interlocuteurs les plus actifs sont les agences de notation et les sociétés de gestion, avec respectivement 23 et 20 émetteurs affirmant avoir été sollicités par celles-ci sur ces thématiques. Les investisseurs institutionnels sont en revanche moins représentés, notamment auprès des entreprises de tailles moyennes.

Toutes les sociétés ont noté une augmentation du nombre de sollicitations sur les sujets ESG au cours des dernières années, et s’attendent à ce que cette tendance se confirme dans les années à venir. Les évolutions réglementaires ont dernièrement joué un rôle important dans l’émergence des demandes de prise en compte des critères ESG.

Toutefois, les émetteurs soulignent avant tout le changement de mentalité des investisseurs qui s’intéressent davantage à la gestion du risque extra-financier, avec des demandes de plus en plus complexes nécessitant l’intervention de la Direction du Développement Durable et parfois des opérationnels.

Des sollicitations bien perçues par les émetteurs

Si l’augmentation des demandes ESG se traduit par une charge de travail plus importantes pour 11 sociétés sur 18, elles reconnaissent néanmoins que ces sollicitations permettent à la fois de mettre en lumière les départements RSE et Développement Durable de leur entreprise, mais aussi de légitimer leur action auprès de la Direction Générale et des autres collaborateurs de la société. Les émetteurs notent la vertu pédagogique des échanges qu’ils entretiennent avec les investisseurs, qui leur permettent d’aider à former les dirigeants sur la démarche RSE de l’entreprise.

Les émetteurs expliquent que leur politique de RSE a principalement évolué pour répondre à des demandes réglementaires mais également pour faire face à une demande grandissante de la part de leurs clients, et du top management. Les sociétés estiment toutefois à ce jour que l’impact des sollicitations des investisseurs sur leur pratiques RSE reste limité.

Une perception asymétrique des engagements

L’étude montre que les investisseurs institutionnels estiment être très engagés dans leur démarche auprès des émetteurs. Néanmoins, la moitié des sociétés interrogées perçoit les sollicitations comme de simples discussions n’ayant pas vocation à faire évoluer leurs pratiques opérationnelles.

Les investisseurs et les émetteurs n’ont pas la même perception de l’engagement. Les investisseurs s’engagent principalement sur les sujets de gouvernance et environnementaux. Les émetteurs sont particulièrement attentifs aux controverses, qu’ils traitent rapidement et efficacement.

Les sujets abordés lors des démarches d’engagement varient selon les secteurs. On note néanmoins une prédominance des sujets liés à l’environnement, au climat et de gouvernance. Globalement, les émetteurs estiment que les demandes les plus marquées proviennent plutôt des autres parties prenantes : les clients et les ONG sont souvent à l’origine des évolutions des entreprises.

« Les résultats de notre étude relativisent la portée de l’article 173. L’action des sociétés de gestion et des institutionnels sur les sujets ESG ne constitue pas l’élément déclencheur de la proactivité des entreprises sur les sujets extra-financiers. Il vient toutefois compléter l’action exercée par les ONG, les consommateurs et les salariés des entreprises pour les pousser à évoluer vers des pratiques plus vertueuses. A l’instar des réponses formulées par les émetteurs, Egamo est convaincu que tous les acteurs de la chaîne (émetteurs, institutionnels, sociétés de gestion) doivent faire plus en matière d’ESG.

En ce qui concerne EGAMO, ces considérations sont intégrées au cœur de notre processus de gestion et constituent des critères de choix et d’exclusion des émetteurs au même titre que les critères financiers. L’ESG fait par ailleurs l’objet de reporting dédiés à l’attention de nos clients. » commente Nicolas Demont, Directeur Général d’Egamo.

Next Finance , Décembre 2018

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Note ETF et risques associés : l’AMF apporte un éclairage sur le marché français des fonds indiciels cotés

Selon l’étude de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), les mécanismes de coupe-circuits en vigueur sur Euronext Paris permettent de contenir le risque d’écartement important entre le prix négocié de l’ETF et la valeur liquidative instantanée du panier (...)

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés