›  Note 

Les banques centrales se lancent dans la régulation verte pour contrer le changement climatique

Mazars, groupe international d’audit et de conseil, et l’Official Monetary and Financial Institutions Forum (OMFIF), un think tank indépendant pour les banques centrales, la politique économique et les investissements publics, publient une étude mondiale qui révèle comment les banques centrales et les régulateurs réagissent à la crise climatique...

Selon l’étude de Mazars, 70 % des banques centrales et régulateurs considèrent le changement climatique comme une menace majeure pour la stabilité financière. Les considérations climatiques devraient faire une entrée en force dans les stress tests. Les banques centrales sont divisées quant à la responsabilité de la lutte contre ces risques...

“Quatre ans après l’accord de Paris sur le climat, le débat prend de l’ampleur. Le changement climatique va impacter toutes les institutions financières et le sujet est au cœur des préoccupations des régulateurs”, déclare Rudi Lang, Associé, Leader Financial Institutions Group chez Mazars, et sponsor de l’étude de Mazars-OMFIF

Le changement climatique reconnu comme une menace pour la stabilité financière

Le changement climatique est considéré par la majorité des 33 banques centrales interrogées (70 %) comme une menace avérée pour la stabilité financière.

Une prise de conscience des risques climatiques

Plus de la moitié des banques centrales (55 %) déclarent surveiller les risques climatiques. Cependant, elles divergent quant à la responsabilité de la lutte contre ces risques : 12 % d’entre elles estiment qu’il appartient à d’autres institutions réglementaires d’agir.

Approches réglementaires

Les banques centrales introduisent progressivement des politiques financières vertes. Les principales mesures attendues sont :

1. Evaluer le risque climatique en tant que risque financier dans les stress tests
2. Encourager ou exiger la publication d’informations financières liées au climat
3. Mettre en place des normes durables pour les financements et prêts verts des banques sous leur supervision

Alors que les initiatives pour corriger les défaillances des marchés financiers gagnent du terrain, les banques centrales sont plus réticentes à utiliser des outils prudentiels et monétaires, vus comme interventionnistes, à des fins climatiques.

Freins

Les répondants considèrent comme essentiel de disposer d’outils analytiques, de données et de méthodologies appropriées pour superviser le risque climatique. La quantité et la qualité insuffisantes des données nécessaires pour orienter les investissements verts cristallisent l’inquiétude des banques centrales (84 % des réponses).

La multiplicité des réglementations encadrant les risques climatiques est aussi considérée comme un défi majeur, 31 % des répondants exprimant leur inquiétude quant à la comparabilité et la cohérence des cadres de surveillance.

Vers plus de stress tests à l’avenir

Si aujourd’hui seule une minorité de banques centrales (15 %) inclut des considérations climatiques dans leurs stress tests, un grand nombre (79 %) a l’intention de le faire à l’avenir.

Faire face à l’avenir

« Le succès de toute réponse politique dépendra de l’engagement des acteurs du secteur, qui vont devoir évaluer, révéler et atténuer les risques liés au changement climatique et continuer à modifier certaines de leurs pratiques », souligne Leila Kamdem-Fotso, Associée Financial chez Mazars et contributrice au rapport. « Il est encourageant de constater que la coopération a déjà débuté entre les régulateurs et le secteur privé par le biais de diverses initiatives. »

Next Finance , 25 février

Voir en ligne : Etude Mazars – OMFIF : Lutte contre le changement climatique : le rôle de la réglementation et de la supervision bancaire

P.-S.

A propos de l’étude

L’étude se base sur les réponses de 33 banques centrales de 6 régions, la plupart membres du Network for Greening the Financial System (NGFS). L’enquête a été réalisée d’août à décembre 2019.

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Note ETF et risques associés : l’AMF apporte un éclairage sur le marché français des fonds indiciels cotés

Selon l’étude de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), les mécanismes de coupe-circuits en vigueur sur Euronext Paris permettent de contenir le risque d’écartement important entre le prix négocié de l’ETF et la valeur liquidative instantanée du panier (...)

© Next Finance 2006 - 2020 - Tous droits réservés