›  Opinion 

Les actions ne sont pas des actifs de rendement, le versement du dividende reste aléatoire !

Nombre d’investisseurs ont tendance à considérer que les actions, à défaut de délivrer une performance boursière par leur valorisation, redeviennent des placements de rendement. Pour Agnès Brulé, gérante chez Entheca Finance, cette conception paraît erronée…

Nombre d’investisseurs ont tendance à considérer que les actions, à défaut de délivrer une performance boursière par leur valorisation, redeviennent des placements de rendement. Cette conception nous paraît erronée. C’est une illusion de parler d’une action comme placement de rendement :
Tout d’abord parce que le risque de perte en capital est important et inhérent à la classe d’actifs, à plus forte raison dans un contexte de marché volatil et baissier (après le rebond « technique » d’octobre, le Cac 40 vient de céder 12% en un près d’un mois).

Les actions redeviennent des actifs de rendement

Jusqu’en 1959, les rendements du dividende étaient supérieurs aux rendements obligataires, ce qui constituait alors la norme. Puis, une inversion de cet écart de rendement s’est produite pour devenir la nouvelle norme durant environ 50 ans. Cet écart s’est à nouveau (...)

Le maintien du dividende est une hypothèse que les investisseurs considèrent comme acquis. Or, une entreprise n’a aucune obligation à verser du dividende, par contre elle a l’obligation de rembourser ses crédits et de payer les intérêts dus aux créanciers. En effet, en cas de baisse ou de non paiement de dividende, l’entreprise ne s’expose pas à la mise en jeu de covenants, ou ne risque pas de perdre sa notation. Alors que du côté du crédit, elle a beaucoup plus à perdre.

Compte tenu des difficultés macro-économiques, d’une liquidité qui risque d’être plus chère et moins accessible, du risque important de voir la croissance mondiale ralentir en 2012 (récession probable en Europe, Allemagne y compris), d’une croissance très faible aux USA et dans une moindre mesure chez les émergents, les entreprises vont être très prudentes dans leur politique de gestion financière.
Les taux de rendement attendus que l’on constate aujourd’hui à horizon 2012 voir 2013, sont basés sur des hypothèses de dividende et donc de croissance bénéficiaire qui peuvent être revues à la baisse, en particulier lorsque l’on va constater que la croissance des entreprises est moindre que prévue (voire en régression, si on est en récession sévère).

Par conséquent, nous préférons parler de rendement pour une obligation. Une entreprise qui aura de la croissance à long terme et qui investira, distribuera du dividende.
Agnès Brulé

Par conséquent, nous préférons parler de rendement pour une obligation. Une entreprise qui aura de la croissance à long terme et qui investira, distribuera du dividende. A l’opposé, celle qui distribue du dividende élevé pour conserver ou attirer les investisseurs sans offrir des perspectives solides de croissance, présente un risque de déconvenue.

Agnès Brulé , Novembre 2011

Lire aussi

Octobre 2011

Stratégie Les actions à dividende de nouveau dans la ligne de mire

Constatant qu’au minimum 70 % du rendement des actions provient, depuis 1970, des dividendes versés, Ken Van Weyenberg, Investment Specialist chez Dexia AM, estime que tout portefeuille diversifié doit contenir des actions à (...)

Novembre 2011

Opinion Europe : obligations ou actions ?

L’une des caractéristiques les plus surprenantes de la crise actuelle est le fait que les investisseurs en obligations semblent s’attendre à davantage de turbulences au sein de la zone euro que les investisseurs en actions. Est-ce justifié (...)

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés