Les Top Trades de Barclays

Conséquence du ralentissement chinois, Barclays a mis à jour ses top trades sur les marchés de change pour le dernier trimestre : La banque britannique recommande une position acheteuse sur le forward 6 mois USD/CNH tout en maintenant sa position USD/CNH call spread et renouvelle sa recommandation de vente sur la parité AUD/USD…

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Conséquences d’un ralentissement chinois

La Banque Barclays voit dans les récentes mesures chinoises, la preuve que les responsables politiques acceptent le fait que le rythme de croissance du pays a été affecté par l’accumulation de déséquilibres insoutenables. Selon elle, un taux de croissance moindre, au-delà d’un ralentissement conjoncturel, ouvre des opportunités intéressantes sur le marché des changes dans les mois à venir.

_ Thème 1: Le yuan

Une stabilité intenable

Selon les modèles d’évaluation de la banque britannique, le yuan est surévalué de 5-10 %, et avec la détérioration des perspectives de croissance chinoise, elle estime que les risques de sorties de capitaux et la pression à la baisse sur le yuan sont toujours d’actualité.

« Nous estimons qu’une baisse de 10 % du yuan par rapport au dollar est nécessaire pour stabiliser le REER (ou « indicateur relatif des prix et des coûts ») et les sorties de capitaux. Nous recommandons une position acheteuse sur le forward 6 mois USD/CNH tout en maintenant notre position USD/CNH call spread » indique la banque britannique.

_ Thème 2: Les monnaies « matières premières »

Vont-elles trébucher ?

Alors que Barclays reste baissier sur toutes les monnaies « matières premières », elle estime que le dollar australien et dollar néo-zélandais semblent particulièrement vulnérables. « Ces deux devises continuent de souffrir du ralentissement chinois, d’un affaiblissement du yuan et des prix des matières premières et d’une aversion élevée pour le risque. En outre, notre analyse récente intitulée « Dutch Disease » suggère que ces devises vont probablement connaitre un affaiblissement beaucoup plus fort que prévu. Pour cette raison, nous avons revu à la baisse nos prévisions et nous renouvelons notre recommandation de vente sur la parité AUD/USD » expliquent les stratégistes devises de la banque.

_ Thème 3: Les devises des pays émergents

Pas bon marché, étant donné les risques liés à la Chine et à la Fed

Bien que la pression actuelle sur les devises des pays émergents ne soit pas aussi grave que celle des années 1990, Barclays estime que ces dernières n’ont pas pour autant échappé à la tourmente en raison de la faiblesse de leurs fondamentaux. L’écart de croissance par rapport aux pays développés s’est réduit, tandis que des facteurs externes et des vulnérabilités extérieures se sont aggravés.

« Une possible dépréciation des devises émergentes et une fuite de capitaux est donc possible compte tenu de l’adéquation en baisse des réserves et de la faiblesse des fondamentaux. Nous avons réduit nos prévisions pour les devises les plus vulnérables tels que le BRL, TRY, ZAR, MYR et IDR » indiquent les analystes stratégistes.

_ Thème 4: L’euro

Un potentiel de baisse à revoir

Barclays continue de prévoir une nouvelle baisse significative de la parité EUR/USD, mais a révisé à la hausse ses prévisions afin de refléter les changements importants liés aux perspectives mondiales de croissance et à la résilience récente de l’euro. La banque prévoit une augmentation des risques de baisse de la croissance et de l’inflation en zone euro en raison du ralentissement chinois ; ce qui devrait pousser la BCE à affaiblir la monnaie européenne.

« Nous estimons que l’EUR/USD devrait se déprécier à un niveau de 1,03 en fin d’année et en dessous de la parité au 2ème trimestre 2016 » préviennent les analystes.

Paul Monthe , Septembre 2015

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Stratégie Actions américaines : comment investir à ce stade du cycle ?

Avec une collecte record de 15 milliards d’euros à fin août, soit plus de 60% de la collecte totale du marché européen des ETF actions, les actions américaines dominent largement les flux ETF depuis le début de l’année, témoignant de l’intérêt d’investisseurs avides du moindre de (...)

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés