›  Opinion 

Les Etats-Unis contre la Chine : une guerre commerciale peu probable

Trump aboie plus qu’il ne mort et en dépit des gros titres récents, les probabilités d’une guerre commerciale généralisée avec la Chine sont minces, affirme Ross Teverson gérant du fonds Jupiter Global Emerging Markets.

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Trump aboie plus qu’il ne mort et en dépit des gros titres récents, les probabilités d’une guerre commerciale généralisée avec la Chine sont minces, affirme Ross Teverson gérant du fonds Jupiter Global Emerging Markets. Malgré la rhétorique protectionniste, un accord raisonnable sur les échanges entre les deux nations prévaudra en définitive, ajoute t-il.

La taxe proposée par l’administration Trump sur 60 milliards de dollars US d’importations chinoises et l’annonce consécutive par la Chine d’une taxe en représailles sur les importations américaines ont inquiété de nombreux investisseurs. Toutefois, selon nous, alors q’une guerre commerciale généralisée serait profondément néfaste pour les actions de part et d’autre du Pacifique, nous pensons qu’un tel scénario est peu probable.

Nous avons constaté à plusieurs reprises que “Trump aboie plus qu’il ne mort”. A plusieurs occasions, l’administration Trump a choisi d’initier des négociations à partir de positions apparemment extrêmes, peut-être afin de gagner plus de pouvoir dans la négociation, avant de s’accorder finalement sur un compromis. Il y a tout juste un an, les investisseurs prenaient Trump aux mots et considéraient comme probable une sortie de l’ALENA par les Etats-Unis (Accord de libre-échange Nord-Américain).

Aujourd’hui, la plupart seront d’accord pour dire que l’issu probable des négociations sur les échanges entre les Etats-Unis, le Mexique et le Canada consisteront simplement à un ensemble d’amendements mineurs à cet accord en place depuis 24 ans.

Plutôt que des ennemies économiques, il semble que les relations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine soient en meilleure forme que ne le suggèrent les récentes annonces politiques et leur rhétorique, non seulement à cause de ce que nous avons précédemment observé dans l’exemple de l’ALENA, mais aussi parce que les dirigeants et les représentants officiels chinois ont commencé à proposer des compromis potentiels aux Etats-Unis et aux autres économies majeures bien en amont des annonces tapageuses de la semaine dernière. Plus tôt cette année, le Vice-Premier Ministre Chinois, Liu He, a suggéré à Davos que l’économie chinoise serait plus ouverte aux biens et services étrangers et que la réglementation changera de façon à renforcer la protection de la propriété intellectuelle des sociétés étrangères. Ce dernier point à été répété par le Premier Ministre Li Keqiang la semaine dernière et ce sont de tels développements qui permettent aux deux parties de cette apparente dispute commerciale entre les Etats-Unis et la Chine de « sauver la face » tout en évitant les conséquences mutuellement préjudiciables d’une escalade vers la guerre commerciale.

Au final, comme c’est souvent le cas avec Trump, les derniers gros titres sur une guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine mettent en avant le pire des scénarios, et selon mon opinion d’investisseur sur le marché actions, nous devrions éviter les décisions précipitées en réaction au flux de mauvaises nouvelles concernant les relations commerciales internationales.

Ross Teverson , 5 avril

Article aussi disponible en : English EN | français FR

tags
Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2018 - Tous droits réservés