›  Opinion 

Les ETF ESG ont le vent en poupe en Europe

La conférence organisée lors du mois de juillet 2020 à Paris par BNP Paribas Asset Management a notamment été l’occasion de revenir sur les grandes tendances observées sur le marché européen des ETF ESG depuis le début d’année.

Pour l’heure, l’année 2020 est une nouvelle fois porteuse pour les ETF intégrant des critères ESG (Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance), avec près de 100 milliards de dollars d’encours au niveau mondial à fin juin 2020 dont près de 41,5 milliards d’euros en Europe d’après une étude du cabinet ETF GI.

L’engouement pour les ETF ESG (en milliards de dollars)

Il faut dire que cet engouement pour les ETF ESG est particulièrement élevé sur le marché européen avec une collecte de 12,5 milliards d’euros pour les 6 premiers mois de cette année 2020, correspondant à une hausse de près de 200 % par rapport à 2019 selon cette même étude menée par ETF GI, malgré la crise sanitaire liée au Covid19.

En effet, comme le rappelle Isabelle Bourcier, Responsable des gestions Quantitative et Indicielle, MAQS chez BNP Paribas AM, « les investisseurs professionnels sont de plus en plus engagés en matière d’ESG à l’instar de notre groupe et logiquement ont recours aux ETF qui répliquent des indices intégrant des critères ESG ».

En effet, depuis plusieurs années, un nombre croissant d’investisseurs souhaitent investir dans des trackers qui répliquent des indices où la sélection des titres répond à une approche dite « best in class » sur les trois piliers de l’ESG et qui réduisent l’empreinte carbone des portefeuilles et/ou ne s’exposent pas aux sociétés dont les activités sont sujettes à controverses comme le charbon, le tabac ou encore les armes.

Le soutien de la réglementation

Autre soutien au marché européen des ETF ESG : la réglementation. En effet, précise Isabelle Bourcier, « le cadre d’action de l’Union européenne en matière de climat et d’énergie, et plus précisément les travaux du TEG (Technical Experts Group on Sustainable Finance) mis en place par la Commission européenne en juillet 2018 ont conduit à une prise de conscience et un mouvement positif en termes de démarche des investisseurs et de développement de l’offre ETF par les fournisseurs ».

En outre, au mois de mars 2020, les propositions portant sur la taxonomie verte et sur la création de deux nouveaux indices, ont contribué notamment à de nouveaux lancements ou des adaptations des offres de produits vers des indices alignés sur les objectifs de l’accord de Paris.

Davantage de labels ISR

De plus, « les labels ISR développés dans les différents pays européens agissent comme un cadre commun de contraintes soit en termes d’exclusions et/ou de respect d’une amélioration de la note ESG du portefeuille par rapport à un univers de départ qui ne prendrait pas en compte de critères extra-financiers », indique Isabelle Bourcier.

Ces labels sont souvent accompagnés d’exigences en termes de reportings et d’audits externes portant notamment sur les processus d’investissement mais aussi sur la philosophie et les moyens développés en matière d’ESG. Ils constituent donc des facteurs de soutien durable pour le développement d’ETF ESG labellisés en Europe. C’est la raison pour laquelle « nos ETF ESG sont labellisés en France (label d’état ISR) et en Belgique (label Towards Sustainability) », ajoute Isabelle Bourcier.

RF , 31 août

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2020 - Tous droits réservés