›  Opinion 

Le touriste chinois, une arme géopolitique

En 2017, les Etats-Unis ont importé pour 500 milliards de dollars de produits chinois. La Chine, de son côté, a timidement acheté l’équivalent de 130 milliards de dollars de biens américains. Dans la dispute commerciale qui l’oppose à la Maison Blanche, Pékin aura du mal à faire monter les enchères.

En 2017, les Etats-Unis ont importé pour 500 milliards de dollars de produits chinois. La Chine, de son côté, a timidement acheté l’équivalent de 130 milliards de dollars de biens américains. Dans la dispute commerciale qui l’oppose à la Maison Blanche, Pékin aura du mal à faire monter les enchères.
Mais la Chine peut jouer sur le tourisme.

Le gouvernement a en effet la capacité à diriger ses citoyens vers d’autres pays. Et Pékin a déjà utilisé cette arme avec beaucoup d’efficacité. La Corée du Sud s’en souvient…

Flux mensuel de touristes en Corée du sud

JPEG - 65.6 ko
Source : Datastream, de janvier 1991 à juillet 2018

Le nombre de touristes chinois a été multiplié par 25 au cours des 20 dernières années. Aujourd’hui, ces derniers dépensent deux fois plus que les touristes américains et trois fois plus que les touristes allemands. En 2017, le nombre de voyageurs chinois a atteint 130 millions ! Aux Etats-Unis, les touristes chinois dépensent 94 millions de dollar par jour. Le potentiel reste donc énorme, car seuls 10% des Chinois détiendraient un passeport, contre 35% aux Etats-Unis et 25% au Japon [1].

Or, le gouvernement chinois sait diriger ses citoyens selon ses souhaits. Le plus simple pour Pékin est d’attribuer ou de retirer à un pays le "Statut de Destination Approuvée". Il peut aussi influencer les agences de voyage : seules 2000 agences ont l’autorisation gouvernementale de vendre des voyages à l’étranger, et parmi les cinq plus grandes, trois sont détenues par l’Etat, une autre étant une filiale de Tencent [2].

En mars 2017, la Corée du Sud a commencé à déployer un système américain d’interception de missiles, le THAAD (Terminal High Altitude Area Defense). Pékin s’est alors fâché et a rétorqué fermement. Le gouvernement a notamment imposé un interdit non officiel sur les voyages de groupe en Corée du Sud, en menaçant les agences de voyage d’amendes ou de révocation pure et simple de leur agrément.

L’effet sur le tourisme coréen a été dévastateur. En juillet 2016, au plus haut, les touristes chinois étaient 917 000. Un an après, ils n’étaient plus que 281 000 [3].

Frédéric Rollin , 10 septembre

Notes

[1] US Department of Commerce, décembre 2017

[2] Stratfor « China’s Unlikely Weapon : Tourists », juillet 2018

[3] Datastream, juillet 2017

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2018 - Tous droits réservés