›  Opinion 

Le secteur des ingrédients : Un parfum durable de croissance

Ce secteur très spécifique, composé d’une douzaine de sociétés en Europe, est aujourd’hui valorisé 26 fois les résultats de l’année en cours. Ce niveau paraît certes élevé au regard de la moyenne historique (21 fois sur les 8 dernières années) mais se justifie, selon nous, au regard de la visibilité du secteur.

Les sociétés agroalimentaires, de cosmétique et d’hygiène se fournissent toutes aujourd’hui auprès de tiers privilégiés, peu connus du grand public : les acteurs de l’ingrédient. Ce secteur très spécifique, composé d’une douzaine de sociétés en Europe, est aujourd’hui valorisé 26 fois les résultats de l’année en cours. Ce niveau paraît certes élevé au regard de la moyenne historique (21 fois sur les 8 dernières années) mais se justifie, selon nous, au regard de la visibilité du secteur.

En effet, alors que la croissance des clients finaux de l’agroalimentaire ou des cosmétiques est d’environ 3% par an, presque exclusivement tirée par les prix, celle de leurs fournisseurs monte à 4 voire 5%, notamment grâce à l’innovation.

C’est encore plus vrai pour les acteurs de spécialités bénéficiant de la transition du chimique au naturel : la société française Robertet, dont nous avons eu le privilège de pouvoir visiter récemment le site de production à Grasse, est le leader mondial des matières premières naturelles. La société a ainsi vu son chiffre d’affaires progresser de près de 8% par an sur les 5 dernières années.

Beaucoup d’autres sociétés européennes, comme Croda, DSM, AAK, Symrise ou Kerry, sont également exposées à des tendances structurelles de croissance liées aux ingrédients :

  • Les ménages augmentent leur budget alloué au bien-être et à la santé
  • Ce budget est mieux investi : le consommateur est vigilant, à l’image de la tendance « clean label » (analyse des étiquettes des produits pour en vérifier les composants)
  • Les multinationales de l’agroalimentaire ou des cosmétiques testent le terrain en lançant plus de produits et plus fréquemment : elles ont donc besoin de fournisseurs de premier rang intégrés, innovants et réactifs. On assiste donc à un transfert de valeurs vers les fournisseurs
  • Le marché est très fragmenté : les 10 plus grosses multinationales représentent 15% du marché mondial et les petites marques locales gagnent du terrain et sont également clientes des acteurs des ingrédients
  • Les alternatives aux produits d’origine animale ont le vent en poupe : le marché a salué l’introduction en bourse en mai dernier de Beyond Meat dont le cours est passé de 25$ à 160$ ! La société est connue pour son hamburger « Beyond Burger » (à base de pois) et vise cette année une croissance de son chiffre d’affaires à trois chiffres.

Les pionniers de ces marchés ne devraient pas tarder à voir apparaitre une forte concurrence, qui cherchera à capter une part de la croissance du secteur.

La différence se fera alors par l’innovation, ainsi que par une prise en compte de l’évolution des besoins des consommateurs vers des « ingrédients propres ».

L’équipe de gestion Actions Croissance de Mandarine Gestion , 16 juillet

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés