›  Opinion 

Le retrait de Shell du champ pétrolifère de Cambo est conforme à sa stratégie globale

La décision de Shell de retirer ses investissements du champ pétrolifère de Cambo, au large des îles Shetland, peut être considérée comme une victoire pour les écologistes, mais elle est en même temps tout à fait conforme à la stratégie commerciale globale du géant pétrolier.

Par Michael Tamvakis, professeur d’économie spécialisé dans le commerce des matières premières et en finance à la Bayes Business School (anciennement Cass Business School)

La décision de Shell de retirer ses investissements du champ pétrolifère de Cambo, au large des îles Shetland, peut être considérée comme une victoire pour les écologistes, mais elle est en même temps tout à fait conforme à la stratégie commerciale globale du géant pétrolier.

Dans une présentation faite au début de l’année, Shell a expliqué comment l’entreprise atteindrait son objectif de « Net Zéro » d’ici 2050 et a souligné l’importance des nouvelles énergies et une nouvelle poussée vers plus de gaz que de pétrole dans son portefeuille d’actifs. En même temps, la société prévoyait une baisse annuelle de 1 à 2 % de sa production de pétrole, sans s’engager dans les nouveaux projets transfrontaliers après 2025.

Avec les prix actuels élevés du pétrole, je pense que l’investissement dans le champ de Cambo était économiquement judicieux, mais les attentes concernant le rôle du pétrole et son prix à l’avenir atténuent quelque peu la force de ce dossier.

La mer du Nord joue un rôle central dans la fixation du prix du pétrole par le biais de l’indice de référence du prix du Brent (Brent-Forties-Oseberg-Ekofisk-Troll), mais en tant que producteur, elle est relativement petite. Par exemple, la section britannique de la mer du Nord a produit un peu plus d’un million de barils par jour (mbpj) en 2020, soit à peine la moitié de la production norvégienne qui est de deux mbpj.

Le champ de Cambo ne devrait produire qu’environ 50 mille barils par jour (kbpd) lorsqu’il atteindra son pic vers la fin de cette décennie. Ces réserves potentielles ne valent peut-être pas la presse négative que Shell a reçue et aurait probablement continué à recevoir.

La décision de Shell n’aura pas d’impact profond ou durable sur les prix du pétrole. Les prix du pétrole sont actuellement déterminés par les décisions d’approvisionnement prises par les membres de « l’OPEP+ » et par l’évolution du pétrole de schiste américain, de sorte que l’annonce de Shell ne devrait pas modifier les choses de manière trop radicale.

Dans l’environnement opérationnel actuel, et en supposant qu’il n’y ait plus de perturbations majeures causées par les nouvelles variantes de Covid, la demande de pétrole a rebondi et « l’OPEP+ » parvient à maintenir les prix à un niveau élevé.

Ce rebond a créé un environnement propice à de nouveaux investissements dans le secteur pétrolier, encouragés par des prix du pétrole élevés et stables.

Les événements récents ont mis en évidence à quel point nous sommes dépendants du pétrole, même si nous progressons pour devenir plus respectueux de l’environnement.

Les aspirations environnementales sont une considération digne d’intérêt, et la décision de Shell sera considérée comme une victoire pour les militants, mais pensez un instant à la panique que nous avons tous connue il y a quelques semaines lorsqu’il n’y avait pas assez de carburant dans les stations-service.

C’était dû à un manque de chauffeurs-citernes, et non à une pénurie d’approvisionnement. Sommes-nous tous tout à fait prêts à abandonner nos moteurs à combustion interne (ICE) pour des véhicules électriques (EV) ?

Michael Tamvakis , Décembre 2021

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Chine : le pays le plus radical dans la lutte contre le changement climatique ?

Avec plus d’efforts à déployer et moins de temps à sa disposition, la Chine pourrait s’imposer comme l’un des leaders mondiaux de la lutte contre le changement climatique. L’analyse d’Anastasia Petraki, Responsable de la recherche en politiques chez (...)

© Next Finance 2006 - 2022 - Tous droits réservés