›  Opinion 

Le rendement des actifs à risque doit être supérieur à l’inflation

Selon les perspectives 2023 de DWS, les tensions géopolitiques influenceront les marchés encore longtemps, les marchés émergents asiatiques ont un potentiel de rattrapage et les placements en taux d’intérêt sont en partie plus intéressants que les actions - investissements prometteurs dans les infrastructures...

« Se demander dans quelle mesure et à quelle vitesse l’inflation peut être repoussée et dans quelle mesure les banques centrales doivent encore augmenter les taux d’intérêt pour y parvenir sera le thème dominant pour les marchés des capitaux au cours de l’année à venir », a déclaré Björn Jesch, Global CIO chez DWS, lors du DWS Market Outlook 2023 le 28 novembre 2022. « Nous pensons que les banques centrales maintiendront les taux d’intérêt élevés pendant plus longtemps que ce que les marchés prévoient actuellement », a déclaré M. Jesch. Pour la Réserve fédérale américaine, M. Jesch s’attend à ce qu’elle relève ses taux directeurs entre 5 et 5,25% l’année prochaine, tandis que dans la zone euro, le taux directeur devrait passer à 3,0%. « Nous ne voyons pas actuellement de baisse de taux l’année prochaine », a déclaré M. Jesch. « Les taux d’inflation devraient baisser en 2023, mais resteront à un niveau élevé - 6,0% dans la zone euro et 4,1% aux États-Unis ».

Les tensions géopolitiques vont se poursuivre

Les tensions mondiales entre les États-Unis, la Chine, la Russie et l’Europe vont dominer les événements politiques et économiques des prochaines années. « Le monde sera différent de ce qu’il a été au cours des cinq à dix dernières années », a déclaré M. Jesch. La population des pays développés diminue, la lutte contre le changement climatique nécessitera d’énormes investissements et l’Europe devra innover en matière d’approvisionnement énergétique.

La tendance à rendre les chaînes d’approvisionnement plus résilientes et à réduire la forte dépendance à l’égard de certains pays est compréhensible et également nécessaire au vu des crises, mais elle réduit l’efficacité et entraîne donc une hausse des coûts de production et, en fin de compte, affaiblit le volet « offre » de l’économie.

Le plus grand facteur de risque géopolitique est actuellement la Russie. L’économie de la zone euro souffre particulièrement des conséquences de la guerre en Ukraine. Cependant, elle a étonnamment bien résisté jusqu’à présent, avec une croissance de 3,2% malgré les sanctions.

Seulement une légère récession, mais aussi une faible reprise.

La légère récession qui s’annonce aux États-Unis et dans la zone euro sera très différente des récessions précédentes. « Grâce à un marché de l’emploi axé sur la démographie, qui est robuste même en cas de récession, les travailleurs conserveront leur emploi - pour la plupart -, les revenus des ménages resteront stables et les consommateurs continueront à consommer », a déclaré M. Jesch. Toutefois, la reprise après le ralentissement sera également très modeste. M. Jesch prévoit des taux de croissance de 0,3% (2023) et 1,2% (2024) pour la zone euro, et de 0,4% et 1,3% pour les États-Unis.

Du côté des entreprises, les bénéfices seront probablement sous pression, mais beaucoup moins que lors des récessions précédentes. La conclusion de M. Jesch : « Compte tenu du niveau plus élevé des taux d’intérêt, les obligations sont nettement plus intéressantes que par le passé, en tant que générateur de rendement et en tant qu’instrument de diversification ». De manière générale, les perspectives de rendement des actifs à risque sont toutefois limitées, mais suffisamment élevées pour pouvoir battre l’inflation.

Les marchés émergents sont favorablement valorisés - l’Inde et l’Indonésie sont prometteuses.

« Une fois que les restrictions de la politique du zéro Covid seront réduites en Chine, les actions chinoises devraient bénéficier d’un coup de pouce important », a déclaré Sean Taylor, CIO APAC. « Cela ne se fera pas du jour au lendemain, mais je pense que nous pouvons nous attendre à une certaine hausse au cours de l’année prochaine ». À moyen terme, a-t-il ajouté, il existe encore quelques facteurs de risque. Par exemple, la poursuite du développement des niveaux d’équilibre de la richesse, le secteur de l’immobilier et les risques géopolitiques. D’une manière générale, les marchés émergents sont aujourd’hui assez favorablement évalués. Le ratio cours/bénéfice se situe actuellement à 10,5, bien en dessous de la moyenne des dix dernières années (14,2). L’Inde et l’Indonésie sont particulièrement prometteuses. Ces deux pays devraient bénéficier de la réouverture de l’économie et des perspectives de croissance forte et structurelle. M. Taylor est également positif en ce qui concerne la Corée du Sud. Le marché boursier de ce pays a subi une forte correction en septembre et en octobre et est à nouveau bien valorisé. Particulièrement intéressant ici : Les entreprises du secteur des semi-conducteurs et des batteries. D’une manière générale, la légère baisse attendue du dollar et le ralentissement de l’inflation devraient avoir un effet positif sur les marchés émergents à court terme. « À moyen terme, toutefois, la faiblesse des exportations mondiales doit être surmontée et l’économie chinoise doit retrouver son dynamisme avant que nous ne surpondérions les marchés émergents dans nos portefeuilles », déclare M. Taylor.

« Le Japon, un marché d’actions traditionnellement défensif, reste un bon véhicule de diversification », a-t-il dit. Les entreprises pourraient se distinguer par des bilans sains et des bénéfices robustes. Une ouverture de l’économie chinoise pourrait avoir un effet positif sur le Japon l’année prochaine, car environ 45% des bénéfices du marché boursier japonais sont générés par les entreprises chinoises. Toutefois, le marché boursier japonais ne devrait pas se développer de manière aussi dynamique en 2023 que d’autres pays asiatiques qui ont un potentiel de rattrapage plus élevé. En revanche, le risque d’une évolution moins favorable au Japon est nettement plus faible que dans les marchés émergents asiatiques.

Nouvel attrait des placements porteurs d’intérêts - Les obligations d’entreprises en euros semblent prometteuses

Nous assistons actuellement au retour en force d’une classe d’actifs. « Les obligations d’entreprises européennes bénéficiant d’une bonne notation de crédit (investment grade) offrent actuellement des rendements d’un peu moins de 4%, un niveau que nous n’avons plus vu depuis plus de dix ans », a déclaré Thomas Höfer, responsable Investment Grade Credit. Cela signifie que les rendements des obligations d’entreprises solides sont encore plus élevés que les rendements des dividendes correspondants. Les perspectives pour cette classe d’actifs - en ce qui concerne les douze prochains mois - sont extrêmement positives, les risques étant gérables. L’imminence d’une récession est déjà prise en compte dans les primes de taux d’intérêt. Les bilans de la plupart des entreprises sont beaucoup plus solides qu’ils ne l’étaient en période de ralentissement économique. Du côté du crédit, il n’y a pas actuellement de risques trop élevés en vue. Selon M. Höfer, les obligations bancaires de premier rang et les obligations hybrides d’entreprises avec des rendements de 6 à 7% sont particulièrement prometteuses. Les obligations à haut rendement en euros, plus risquées, sont également intéressantes, avec des rendements actuels de 7,3%. À 0,7%, les taux de défaut sont à un niveau historiquement très bas. Ils sont susceptibles d’augmenter, mais beaucoup moins que lors des phases précédentes de ralentissement économique. Néanmoins, une sélection rigoureuse des actions est obligatoire.

Actions - léger avantage pour l’Europe et les actions de valeur

« Les marchés d’actions sont confrontés à une nouvelle épreuve. Après que la hausse des taux d’intérêt aura exercé une pression sur les valorisations cette année, l’évolution des bénéfices des entreprises jouera un rôle décisif l’année prochaine », a déclaré Marcus Poppe, gestionnaire de portefeuille Actions mondiales. En général, cependant, les entreprises sont bien mieux positionnées pour faire face à la légère récession attendue qu’elles ne l’étaient pendant la crise financière de 2008, par exemple, a-t-il ajouté. « Tactiquement, nous sommes plutôt haussiers sur les actions européennes ». La décote de 31% par rapport aux actions américaines représente plus du double de la moyenne des 20 dernières années (14%). « Les perspectives pour les valeurs de rendement, qui ont une pondération plus élevée dans les indices européens que dans les indices américains, restent positives », a-t-il dit. « L’époque où l’on achetait des valeurs de croissance à n’importe quel prix est révolue pour l’instant », a déclaré M. Poppe. De manière générale, ce qui suit s’applique aux investissements en actions pour l’année à venir : « Les opportunités de prix sont modérées, les prix sont susceptibles de fluctuer fortement. Nous ne nous attendons pas à une hausse prononcée dans tous les domaines. La sélection des bons secteurs et, au sein de ceux-ci, des valeurs individuelles les plus prometteuses est décisive. Les valeurs sélectionnées dans le secteur de la santé ainsi que les entreprises du secteur de l’industrie dont le modèle d’affaires repose sur l’amélioration de l’efficacité énergétique sont particulièrement prometteuses ».

Inversion de tendance attendue pour l’immobilier - investissements prometteurs dans les infrastructures

La hausse des taux d’intérêt s’est également fait sentir dans le secteur de l’immobilier. « L’avantage en termes de rendement des investissements immobiliers par rapport aux obligations d’État à dix ans s’est considérablement réduit cette année ; les valorisations immobilières ont subi des pressions », a déclaré Jessica Hardman, responsable de la gestion du portefeuille immobilier européen. Mais cette tendance devrait s’inverser l’année prochaine. L’écart de rendement par rapport aux obligations d’État va se creuser et les investissements immobiliers redeviendront plus intéressants pour les investisseurs. Le segment de l’immobilier résidentiel reste prometteur. Il existe toujours une forte demande de la part des résidents européens pour une offre très limitée.

Mme Hardman a également mis l’accent sur les investissements dans les infrastructures. Surtout dans l’environnement de la transformation économique avec une forte demande d’investissements dans les infrastructures, les investissements dans ce domaine sont prometteurs. « Les grandes tâches de décarbonisation et de numérisation dans les domaines des transports publics, de l’énergie et de l’économie circulaire ouvrent des possibilités de placement intéressantes et défensives pour les investisseurs dans le secteur des infrastructures, qui offre en outre une indexation contractuelle de l’inflation et des flux de revenus fiables à long terme », a déclaré Mme Hardman.

« La volatilité plus faible par rapport aux autres classes d’actifs, la moindre corrélation avec la performance des actions et des fixed income, et l’amélioration de la tarification qui se traduit par un bon profil risque-rendement à court terme continuent de plaider en faveur de la classe d’actifs des investissements alternatifs », a-t-elle ajouté.

DWS , Décembre 2022

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Chine : le pays le plus radical dans la lutte contre le changement climatique ?

Avec plus d’efforts à déployer et moins de temps à sa disposition, la Chine pourrait s’imposer comme l’un des leaders mondiaux de la lutte contre le changement climatique. L’analyse d’Anastasia Petraki, Responsable de la recherche en politiques chez (...)

© Next Finance 2006 - 2023 - Tous droits réservés