›  Opinion 

Le long terme

Alors que certaines des préoccupations à court terme se dissipent, nous pensons qu’il y a du soutien à l’optimisme à plus long terme. L’analyse de Michael McEachern, MBA Gérant de portefeuille & Responsable des marchés cotés chez Muzinich

Dans le Credit Continuum du mois dernier, nous avons fait valoir qu’une fois que certains des facteurs à court terme seraient résolus, les marchés du crédit pourraient se concentrer sur les tendances positives à long terme pour 2021.

La vague bleue prévue pour les élections américaines ne s’est pas concrétisée. Les marchés du crédit semblent s’être stabilisés avec un Congrès divisé ; un scénario potentiellement considéré comme le meilleur des deux mondes. Il élimine le risque d’exubérance fiscale, d’importantes hausses d’impôts et limite le risque de surrèglementation. Mais il peut avoir un impact sur l’ampleur et le calendrier des mesures indispensables de relance budgétaire. Cependant, nous pensons que les nouvelles économiques aux États-Unis sont positives et que, combinées à la tendance positive des bénéfices du troisième trimestre et du quatrième trimestre, elles renforcent les fondamentaux des entreprises.

En revanche, la deuxième vague de COVID-19 suscite de vives inquiétudes alors que les gouvernements européens réimposent des restrictions à la mobilité. L’impact de ces restrictions sur le PIB de la Zone Euro n’a pas encore été pleinement évalué.

Les récentes nouvelles sur le développement des vaccins donnent un coup de pouce aux fondamentaux à long terme. Néanmoins, la diffusion et l’adoption d’un ou de plusieurs vaccins à l’échelle mondiale prendront du temps, et la période intermédiaire entre aujourd’hui et la généralisation de l’immunité peut présenter certains risques.

Selon nous, à mesure que l’environnement devient moins incertain, les portefeuilles de crédits devraient passer d’un positionnement tactique à court terme à un positionnement fondamental à long terme. Nous sommes plus confiants quant aux perspectives positives sur le crédit, mais nous pensons que cela devrait s’accompagner d’une concentration accentuée sur la recherche bottom-up afin d’identifier les titres à risque.

Dans ce contexte, les obligations d’État continueront à connaître des hauts et des bas, mais selon nous, le risque à long terme est qu’elles soient orientées vers des rendements plus élevés.

Le cycle des revenus est devenu globalement positif au troisième trimestre de cette année, et dans de nombreuses régions, il devrait rester bien orienté au quatrième trimestre (l’Europe pourrait être l’exception en raison des confinements) selon nous. Le niveau de l’offre sur les obligations d’entreprises a été incroyablement élevé en 2020. Les entreprises ont accumulé des liquidités pour protéger leur bilan des effets du confinement. Nous pensons que ces fondamentaux joueront positivement en 2021 et limiteront le taux de défaut des entreprises fragiles déjà identifiées dans certains secteurs. Nous prévoyons également un rétablissement du ratio d’endettement à la baisse. Avec le soutien continu des politiques fiscales et monétaires, bien que calibrées avec souplesse, nous pensons que les marchés du crédit devraient connaître une nouvelle compression des spreads l’année prochaine.

Le crédit High Yield et au sein des marchés émergents sont susceptibles de bénéficier de cet environnement.

Nous pensons que le High Yield offre aux investisseurs un carry, ce qui en fait une option d’investissement intéressante. Comme les taux d’intérêt restent bas, les rendements devraient augmenter, et le crédit High Yield devrait en profiter car les entreprises sont plus exposées au cycle économique.

Les spreads de crédit des marchés émergents sont supérieurs à ceux du High Yield américain. Les économies émergentes devraient bénéficier de la réouverture des économies du monde entier. Une administration Biden sera également perçue comme plus prévisible pour les machés émergents. Le dollar américain devrait s’affaiblir ou se stabiliser, ce qui serait favorable aux marchés émergents.

Michael McEachern , Novembre 2020

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2021 - Tous droits réservés