›  Opinion 

La prime de risque des actions européennes reste historiquement très attractive

Malgré une forte détente depuis cet été, la prime de risque des actions européennes reste en effet historiquement très attractive (plus de 200 bp au-dessus de sa moyenne sur 20 ans) et pourrait alimenter une nouvelle phase de « re-rating » de la classe d’actifs « Equity ».

Les indices actions poursuivent leur rally haussier (S&P 500 NR +3.6%, MSCI Europe NR +2.7% en novembre) et affichent des performances remarquables depuis le début de l’année (S&P 500 NR +27.0%, MSCI Europe NR +23.1%, au 11 décembre). La période des publications trimestrielles des entreprises s’est achevée dans la bonne humeur, d’autant plus que le « news-flow » géopolitique continue depuis fin août d’épargner les investisseurs.

Par ailleurs, on observe un redressement soudain du Momentum Économique en Europe, une première depuis le second semestre 2016. Notre indicateur propriétaire est passé de 28 (sur 100) fin octobre à 45 fin novembre. Cela pourrait mettre fin aux révisions baissières sur l’économie et avoir à terme un impact vertueux sur les perspectives bénéficiaires des entreprises.

Une nouvelle phase va-t-elle s’ouvrir ? Alors que depuis le début de l’année la hausse des indices actions s’explique exclusivement par l’action combinée et accommodante des banques centrales, un redressement de l’économie, même modeste pourrait provoquer une poursuite de la normalisation des valorisations dans un contexte plus apaisé.

Malgré une forte détente depuis cet été, la prime de risque des actions européennes reste en effet historiquement très attractive (plus de 200 bp au-dessus de sa moyenne sur 20 ans) et pourrait alimenter une nouvelle phase de « re-rating » de la classe d’actifs « Equity ».

Stéphane Levy , Décembre 2019

tags
Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2020 - Tous droits réservés