›  Opinion 

La croissance indienne se nourrit des réformes

Selon Kim Catechis, Head of Emerging Markets chez Martin Currie, une filiale de Legg Mason, l’abaissement des barrières douanières, l’amélioration des flux de capitaux, le développement des infrastructures, ou le renforcement des cadres institutionnels sont autant de moteurs essentiels au changement économique à long terme...

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Depuis son accession au pouvoir en 2014, le gouvernement du Premier ministre indien, Narendra Modi, a engagé une série de réformes visant à consolider les infrastructures et renforcer les fondamentaux du pays.

Il a notamment réduit, voire levé, les restrictions concernant les Investissements directs étrangers (IDE) dans plusieurs secteurs comme la défense, l’immobilier, l’aviation civile ou la construction. Par conséquent, l’Inde a enregistré des afflux de capitaux record en provenance des investisseurs étrangers en 2017 : avec environ 45 milliards de dollars issus de l’étranger, elle a figuré parmi les premiers pays au monde en termes d’IDE sur la période. Élément intéressant : la moitié des pays concernés sont des pays émergents, et plusieurs d’entre eux constatent que l’augmentation des flux d’IDE correspond à la mise en œuvre de réformes spécifiques.

L’Inde : un pays de choix pour les IDE

JPEG - 38.6 ko
Source : De Investment Trends Monitor, No. 28, by UNCTAD, ©2018 United Nations. Réutilisé avec l’autorisation des Nations Unies.

Mais c’est incontestablement l’Inde qui a adopté la réforme phare au sein de l’univers émergent l’année dernière.

« L’adoption de la taxe sur les produits et services (TPS) en juillet 2017 a marqué l’avènement d’une ère nouvelle pour l’économie indienne, puisqu’elle a remplacé plus d’une douzaine de taxes fédérales et nationales », affirme Kim Catechis, Head of Emerging Markets chez Martin Currie (Legg Mason). « Ce faisant, l’Inde a réussi à unifier son économie, valorisée à 2 000 milliards de dollars, et sa population de 1,3 milliard d’individus pour en faire l’un des premiers marchés communs au monde ».

En simplifiant fondamentalement le régime fiscal, cette réforme devrait faciliter les échanges commerciaux, alléger la charge fiscale (et augmenter le niveau de consommation), réduire le risque d’évasion fiscale, augmenter les recettes publiques et potentiellement, doper le PIB.

Mais le meilleur exemple de l’ambition du programme de réformes de l’Inde est sans doute Aadhaar (la plus importante base de données d’identification biométrique au monde) dont l’objectif est d’attribuer une identité officielle et vérifiable à l’ensemble de ses citoyens.

Elle a la particularité d’être le seul dispositif technique non-américain au monde à posséder plus d’un milliard d’utilisateurs.

Lorsqu’il a pris ses fonctions en 2014, le Premier ministre, Narendra Modi, s’est engagé à mettre en place ce dispositif. Assez rapidement, il l’a complété par un programme d’intégration financière surnommé Jan Dhan qui, à ce jour, a permis de créer plus de 300 millions de comptes bancaires low-cost grâce au système d’identification Aadhaar. À cela est venu s’ajouter une application de paiement mobile qui fonctionne sur l’interface de paiement unifiée (United Payments Interface) créée par le gouvernement.

Les possibilités en termes de services bancaires numériques grâce à l’initiative Aadhaar sont donc considérables. Dans le prolongement du processus de démonétisation de 2016 (qui a retiré environ 86 % des liquidités en circulation sur le territoire), la « remonétisation » du pays tend de plus en plus en une évolution vers les transactions en ligne, ce qui ouvre la voie à une explosion des paiements électroniques et de l’e‑commerce.

« Non seulement le gouvernement Modi mène une stratégie numérique ambitieuse, mais il contribue indirectement à une croissance rapide de l’utilisation d’Internet en Inde, principalement par le biais des terminaux mobiles », assure Kim Catechis. « De plus, ses initiatives de grande ampleur (comme la démonétisation de 2016, le système d’identification biométrique Aadhaar, le programme d’intégration financière « Jan Dhan » et l’application de paiement mobile « Bharat Interface for Money ») posent les bases d’une croissance accélérée de l’économie numérique en Inde ».

« L’Inde est à un stade moins avancé que la Chine en termes de commerce en ligne, et les revenus par habitant qui sont inférieurs constituent un frein supplémentaire. Cependant, le calcul économique à long terme est vite fait pour un pays de 1,3 milliard d’habitants. Nous anticipons un fort développement de l’offre de produits en ligne (qui est aujourd’hui surreprésentée par les produits électroniques et l’habillement) et une participation accrue des vastes populations rurales que compte l’Inde ».

L’élan provoqué par les réformes auquel nous assistons en Inde est aussi visible dans de nombreux pays émergents. Toutefois, au vu des différences évidentes entre les initiatives de réforme et leurs effets, les avantages dont bénéficient les pays émergents et leurs entreprises sont très mitigés.

« L’abaissement des barrières douanières, l’amélioration des flux de capitaux, le développement des infrastructures, ou le renforcement des cadres institutionnels sont autant de moteurs essentiels au changement économique et social à long terme », indique Kim Catechis. « Nous pensons par conséquent qu’une gestion active des investissements, qui s’appuie sur une analyse fondamentale des valeurs, est de loin la meilleure approche pour tirer parti de cette opportunité ».

Kim Catéchis , 7 juin

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2018 - Tous droits réservés