›  Opinion 

L’intérêt des taux bas

Les taux d’intérêt sur les marchés sont considérablement plus bas que les taux « apparents » : plus les états s’endettent, plus leur coût de financement moyen baisse !

Coût d’emprunt extrêmement bas

Nous avons reconstitué la totalité de la courbe des obligations françaises sur le graphique ci-dessous. Le taux moyen de toutes ces obligations, pondéré des montants émis et en tenant en compte des obligations indexées sur l’inflation, est ce matin de -0,34% ! Il faut comparer ce chiffre à ce que le Trésor français paye vraiment. Prenons un exemple : l’OAT mai-2030, qui a été émise en avril 2014 à un taux actuellement sur les marchés de -0,17% mais elle a été émise avec un coupon de 2,5%, qui constitue bien sûr le coût pour le Trésor. Au total, l’année dernière, le service de la dette a représenté 34,9 milliards d’euros alors que la dette était de 2 238,1 milliards, soit un taux moyen, les économistes parlent de « taux apparent », de 1,47%.

L’écart entre les deux taux est impressionnant, le « taux apparent » doit converger vers le taux de marché au fur et à mesure que l’état réémet de la dette.

Qu’en est-il pour les autres pays ? L’écart entre taux de marché et taux apparent est aussi conséquent, la France ne fait pas figure d’exception. Paradoxalement, plus les Etats s’endettent, plus le taux qu’ils payent baisse. Dans le cas des pays qui émettent à des taux négatifs, le coût total de la dette baisse lui aussi.

Stéphane Déo , 25 juin

tags
Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2020 - Tous droits réservés